Pakistan: Une fillette de 9 ans offerte à une riche famille

Actualisé

PakistanUne fillette de 9 ans offerte à une riche famille

La police pakistanaise a arrêté des membres d'un conseil de village ayant décidé qu'un ouvrier devait donner sa fille à une riche famille en guise de compensation pour un cas présumé de viol.

Un ouvrier agricole du village reculé de Bahalak dans la province pakistanaise du Pendjabm au centre du pays, répondant au seul prénom d'Arshad, avait été accusé du rapt et du viol l'an dernier de la fille d'un influent propriétaire terrien de la région nommé Ali Sher.

Le comité des anciens du village «a décidé dimanche dernier qu' Arshad devait marier sa fille Sidra (âgée de neuf ans) à Maqsood, le fils du propriétaire terrien âgé de 22 ans», a déclaré vendredi le chef du commissariat local de la police Mohammad Khalid.

Le travailleur agricole a accepté «verbalement» la décision des sages du village, mais sa fille Sidra, est «restée avec la famille», a ajouté le responsable de la police.

Selon le conseil de village, le père de la jeune fille devait verser une compensation de 400'000 roupies (environ 3900 francs) si le mariage n'avait pas lieu, une somme toutefois impossible à réunir avec un revenu modeste au Pakistan.

La police a arrêté l'ouvrier modeste et quatre membres du conseil de village dans cette affaire, a indiqué la police locale. Car la pratique du «vani», de donner sa fille en compensation pour résoudre un différend, est illégale au Pakistan et passible d'une peine pouvant atteindre sept ans de prison.

Mais de nombreux cas de cette pratique archaïque passent sous le radar, principalement dans des villages reculés de ce pays conservateur. Un couple pakistanais avait brûlé à mort, à l'acide, la semaine dernière leur fille de quinze ans soupçonnée par ses parents d'avoir fréquenté un garçon et ainsi «sali» l'honneur de la famille.

(ats)

Ton opinion