Basket: Une finale de Coupe de Suisse tessinoise
Actualisé

BasketUne finale de Coupe de Suisse tessinoise

Aucun club romand ne disputera la finale de la Coupe de Suisse, le 13 avril à la salle St-Léonard de Fribourg.

Grand dominateur du championnat, Fribourg Olympic a livré une prestation indigeste à Massagno alors qu'Union Neuchâtel a manqué l'exploit de peu face à Vacallo.

Fribourg Olympic ne reviendra pas sur ses terres disputer la finale de Coupe de Suisse 2013, six ans après son dernier succès dans cette compétition. Les joueurs de Damien Leyrolles ont connu une énorme désillusion à Cadempino, en s'inclinant contre une surprenante équipe de SAM Massagno (81-70).

La performance des Tessinois, avant-derniers du championnat, est d'autant plus remarquable qu'ils évoluaient sans leur meilleur joueur suisse, l'espoir Daniel Andjelkovic, qui s'est blessé samedi passé contre les Starwings Bâle. Avec l'inévitable Jamelle Barrett à la baguette, Massagno a fait preuve de beaucoup de solidarité pour reprendre la direction des opérations dans le quatrième quart-temps, alors qu'Olympic semblait se diriger vers la victoire.

Les Fribourgeois pensaient en effet avoir fait le plus dur en prenant un point d'avance dans le troisième quart-temps (52-51), eux qui avaient rejoint les vestiaires avec 11 unités de retard. En première période, le leader de LNA avait été inhabituellement maladroit aux tirs, ne réussissant que 3 tentatives sur 16 dans le second quart. Se reposant excessivement sur un Edwin Draughan (26 points) de retour de blessure, Olympic est retombé dans ses travers dans les 10 dernières minutes avec un nouveau festival de tirs manqués.

Neuchâtel s'effondre

Malgré le soutien de 1250 spectateurs à la Riveraine, Union Neuchâtel n'a pas crée d'exploit contre Vacallo (66-80). Le néo-promu a néanmoins tenu le choc jusque dans le dernier quart-temps, où il s'est littéralement écroulé (9-29). Rageant pour une équipe qui avait alors proposé un jeu séduisant et souvent fait la course en tête.

Une entame de dernier quart catastrophique a sonné le glas des espoirs neuchâtelois. Emmené par Hakeem Rollins (23 points), Vacallo a alors fait parler son expérience malgré la discrétion de Stefan Petkovic (0 points), dont le retour au pays après une mauvaise expérience en Biélorussie s'avère plus délicat que prévu. (ats)

Ton opinion