Allemagne: Une firme suisse finançait une élue d'extrême droite
Actualisé

AllemagneUne firme suisse finançait une élue d'extrême droite

Une petite pharma a illégalement versé 130'000 euros à une dirigeante de l'AfD.

par
ats/aia
Alice Weidel a longtemps été domiciliée à Bienne (BE).

Alice Weidel a longtemps été domiciliée à Bienne (BE).

Keystone

Les appels à la démission se multiplient depuis dimanche soir contre Alice Weidel, coprésidente du groupe parlementaire du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD). Selon une enquête de la «Süddeutsche Zeitung» et des chaînes de télévision WDR et NDR, une petite société zurichoise aurait versé 130'000 euros par tranches de 9000 euros à une section de l'AfD dans la région du lac de Constance, où vit l'élue, avec la mention «don de campagne Alice Weidel».

Pour Martin Morlok, expert en droit des partis, ce don est illégal car il provient d'un pays non-membre de l'UE. Or l'Allemagne interdit le financement de la vie politique par des fonds étrangers. L'association LobbyControl, qui défend la transparence dans ce domaine, juge cette affaire «inacceptable». Selon un de ses responsables, «depuis des années, l'AfD profite de millions provenant d'une agence basée en Suisse».

Don «non sollicité» remboursé

Le «Tages-Anzeiger» a révélé que la firme, PWS, est surtout active dans la vente de compléments alimentaires. Selon un membre de son conseil d'administration, elle n'aurait fait que transférer de l'argent d'une relation d'affaires. La famille propriétaire, qui détient aussi une pharmacie et une droguerie à Zurich, ne s'est pas exprimée. Quant à Alice Weidel, elle a affirmé avoir pris connaissance en septembre 2017 de ce don «non sollicité» et l'avoir remboursé en avril dernier, après avoir eu des «doutes sur sa légalité».

Ton opinion