Actualisé 19.03.2013 à 06:41

VaticanUne foule immense pour la messe du pape

Des dizaines de milliers de fidèles et des dirigeants du monde sont attendus mardi place Saint-Pierre, au Vatican, pour la messe inaugurale du pape François.

Plus de 130 délégations étrangères, six souverains, 31 chefs d'Etat et des centaines d'ecclésiastiques venus du monde entier seront présents. Parmi les souverains attendus figurent le roi des Belges et le prince Albert de Monaco. Le conseiller fédéral Didier Burkhalter représentera la Suisse.

Le primat de l'Eglise orthodoxe de Constantinople, Bartholomée 1er, sera également là. Ce sera la première fois qu'un chef de l'Eglise orthodoxe assistera à la messe d'intronisation d'un pontife romain depuis le grand schisme d'Orient de 1054. Des représentants des communautés juives et musulmanes seront aussi présents.

Les dignitaires étrangers, dont le vice-président américain Joe Biden et les chefs de la plupart des Etats d'Amérique latine, seront placés à droite du parvis de la basilique.

Cauchemar sécuritaire

On attend aussi la chancelière allemande, Angela Merkel, le premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, et le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy.

La sécurité de ce rassemblement exceptionnel de dignitaires du monde entier en plein air, véritable cauchemar sécuritaire, sera assurée par les autorités italiennes qui vont déployer quelque 3000 hommes.

Après son tour de la place pour saluer les fidèles, le pape ira prier sur la tombe de Pierre, le fondateur de l'Eglise catholique en compagnie d'une dizaine de prélats, dont les patriarches des Eglises catholiques orientales.

Benoît XVI absent

Il recevra ensuite le pallium, une bande d'étoffe se portant sur la chasuble, et l'anneau du pêcheur, symboles du pouvoir pontifical. Puis, vers 09h30, doit commencer la messe que le pape concélébrera avec près de 200 prélats, patriarches et prêtres.

Son prédécesseur Benoît XVI, qui avait pris la décision historique de démissionner à près de 86 ans en raison de l'affaiblissement de ses forces, ne sera pas présent à la messe. Le pape allemand avait promis d'être «caché aux yeux du monde» et de vivre comme un «simple pèlerin».

Mais son successeur ira lui rendre visite samedi dans la résidence d'été des papes, où il s'est retiré à Castel Gandolfo. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!