Lutte contre le dopage: «Une fuite préjudiciable»
Actualisé

Lutte contre le dopage«Une fuite préjudiciable»

L'Association Internationale des Groupes Cyclistes Professionnels (AIGCP) a jugé samedi «extrêmement préjudiciable aux efforts que le cyclisme a fait dans la lutte contre le dopage», la publication vendredi par le journal l'Equipe d'un indice de suspicion pour les coureurs du Tour de France 2010.

«L'AIGCP croit que le dépistage ciblé est un outil essentiel, mais la fuite de ces informations est extrêmement préjudiciable aux efforts que le cyclisme a fait dans la lutte contre le dopage. Il est contre-productif de ces efforts», indique l'association dans un communiqué.

«Les niveaux de ciblage se produisent en raison des performances, et pas uniquement des valeurs sanguines. L'UCI a informé les équipes de ceci à Genève. Ainsi, un coureur peut avoir un indice plus élevé simplement parce qu'il est exceptionnellement en forme, et non pas en raison d'un paramètre hématologique. Donc, être ciblé n'est pas nécessairement indicatif de dopage», souligne l'AIGCP.

Pour cette dernière: «La fuite de ces informations médicales confidentielles laisse l'interprétation de ces valeurs ouverte au monde entier, au lieu de rester dans les mains des experts. Elle n'est pas seulement dommageable à la réputation de l'innocent, mais offre potentiellement la possibilité pour d'autres d'éviter la détection».

Enfin, l'AIGCP espère que l'UCI va se montrer «déterminée à savoir qui est responsable de cette violation flagrante de la confidentialité.»

Publiée vendredi dans le quotidien l'Equipe, la liste des «indices de suspicion» attribués à chacun des 198 coureurs du Tour de France 2010, laisse entrevoir que des présomptions de dopage pesaient sur une quarantaine d'entre eux au départ tandis que la moitié était jugée à faible risque.

Le journal s'est procuré ce document confidentiel de l'Union cycliste internationale (UCI) au grand dam de cette dernière qui n'a guère apprécié la divulgation de cet «outil de travail» à destination de ses services antidopage. (afp)

Ton opinion