Lausanne – Une garderie remplacera le cinéma porno

Publié

LausanneUne garderie remplacera le cinéma porno

Prochainement rénové et réhaussé, le bâtiment qui abrite le Moderne accueillera une structure d’accueil de jour et des appartements. La pizzeria Le Milan sera en revanche maintenue.

Les bâtiments de la pizzeria Le Milan (à g.) et du cinéma Moderne (à dr.) appartiennent à la même personne.

Les bâtiments de la pizzeria Le Milan (à g.) et du cinéma Moderne (à dr.) appartiennent à la même personne.

Google

Clap de fin. L’avenir du cinéma Moderne, à Lausanne, est désormais connu. Il va céder sa place à une garderie. Le porno sera donc remplacé par des enfants. «La boucle est bouclée», sourit ironiquement le propriétaire des lieux, dans «24 heures». Mais plutôt que faire table rase, il va conserver le bâtiment existant, qui sera rénové et réhaussé, de manière à pouvoir accueillir aussi de nouveaux logements. Ce qui n’est pour déplaire à la Municipalité. Elle se réjouit de voir apparaître des appartements et une structure d’accueil de jour dans ce quartier, situé à proximité de la gare.

En revanche, la pizzeria Le Milan – dans le bâtiment voisin, appartenant à la même personne – ne disparaîtra pas. Et là, ce sont les habitants du quartier qui se réjouiront. Une pétition pour sauver l’enseigne, appréciée notamment pour son caractère intergénérationnel, avait d’ailleurs récolté plus de 17’000 signatures. «C’est vrai qu’au départ j’envisageais un projet pour les deux bâtiments. Finalement, nous avons trouvé une solution qui permet de conserver le Milan et je pense qu’elle satisfait tout le monde», commente le propriétaire, dans le quotidien vaudois.

Pour mémoire, un terrible fait divers a marqué l’histoire du Moderne. Le 19 février 2002, un homme de 25 ans, armé d’un fusil d’assaut, avait ouvert le feu dans le cinéma. Il avait tué une personne et blessé deux autres spectateurs, avant de se donner la mort. Lors du procès de sa compagne, qui s’est tenu en 2010, la jeune femme avait expliqué que le tueur avait des pulsions homosexuelles qui le dégoutaient. À plusieurs reprises, il lui avait confié son envie de «bombarder» ce qu’il estimait être des lieux de débauche de Lausanne, dont ce cinéma porno.

(XFZ)

Ton opinion