Enquête online: Une gastro en vacances? Le pire des désagréments
Actualisé

Enquête onlineUne gastro en vacances? Le pire des désagréments

Lors d'un séjour balnéaire, vous craignez d'abord la gastro qui vous cloue deux jours au lit, devant la perte de la valise et une chambre à la propreté douteuse, selon une enquête online de «20 minutes».

par
Catherine Muller
Trois-quart des lecteurs qui ont participé à notre enquête iront au soleil cet été. 60% d'entre eux se rendront dans un lieu qu'ils ne connaissent pas encore. (photo: dr)

Trois-quart des lecteurs qui ont participé à notre enquête iront au soleil cet été. 60% d'entre eux se rendront dans un lieu qu'ils ne connaissent pas encore. (photo: dr)

Bientôt l'heure de faire sa valise pour se la couler douce sur un transat aux bord d'une piscine ou de la grande bleue. Quelle que soit la destination choisie, lorsqu'on réserve un séjour au soleil, on imagine difficilement ne pas se retrouver au «paradis». Or, la réalité n'est pas toujours conforme à celle exposée dans les catalogues et les nuisances sont généralement mal tolérées. Est-ce aussi le cas des internautes de «20 minutes»?

Selon une enquête online, les désagréments potentiels qui peuvent survenir durant un séjour balnéaire n'impactent pas tous nos lecteurs avec la même intensité. Sans réelle surprise, la «gastro qui cloue pendant deux jours au lit» vient en tête des nuisances: 74,2% des sondés parlent d'un évènement «très embêtant», et seuls 3,2% la jugent «peu ou pas embêtant». Suivent, dans le tiercé de tête: la «perte de la valise (à l'aller ou au retour)», jugée «très embêtant» pour 65,6%, et une chambre à la propreté douteuse (59,6%).

Une personne sur deux se plaint fortement d'une météo pourrie

Et se faire voler ou perdre son smartphone? 58,6% des internautes estiment que c'est «très embêtant», tandis que pour près d'une personne sur dix, ce n'est que «peu embêtant». Cette frange de sondés y voit peut-être une belle occasion de, enfin, vraiment se déconnecter... Une météo pourrie en plein été dérange fortement plus d'une personne sur deux (52,5%), à peine davantage que des «prestations annoncées gratuites, mais payantes sur place» (50,7%), ou encore une mer infestée d'algues ou de méduses (48,1%).

Concernant «l'invasion de moustiques», une courte majorité la juge «embêtante» (42,6%) contre 42% «très embêtante». Une «chambre mal isolée» n'est pas si grave: moins du tiers (29,8%) évoque un désagrément «très embêtant». Enfin, en queue de peloton, on trouve «la nourriture trop grasse ou pas assez typique du lieu», qui ne dérange fortement que 15,5% des sondés, mais aussi «un avion en retard» (10,3%), «un matelas trop dur ou trop mou» (11,2%) et «des animations très médiocres à l'hôtel» (3%).

L'enquête intitulée «Qu'est-ce qui est susceptible de gâcher vos vacances?» a été menée auprès de 2106 internautes de «20 minutes», entre le 5 et le 8 juin 2015.

Ton opinion