Pédagogie: Une génération de petits gâtés
Actualisé

PédagogieUne génération de petits gâtés

La Suède a été pionnière sur divers plans sociétaux. Or, le laxisme en matière d'éducation aurait engendré des enfants impolis et violents.

par
afp/jah
Les Suédois ne joueraient plus leur rôle de parents. Notamment depuis l'interdiction de la fessée, en1979.

Les Suédois ne joueraient plus leur rôle de parents. Notamment depuis l'interdiction de la fessée, en1979.

En Suisse comme dans de nombreux États européens, les pays scandinaves sont vus comme des modèles sur d'innombrables questions de société (lire ci-contre), notamment en matière d'éducation. Sauf qu'aujourd'hui, le bon élève fait figure de cancre. Insultes et violences enfantiles: les médias suédois relaient les nombreux témoignages de citoyens inquiets. «En Suède, les petits sont vraiment mal élevés», affirme David Eberhard, psychiatre et auteur d'un nouvel ouvrage: «Comment les enfants ont pris le pouvoir». Il explique notamment que la prohibition des châtiments corporels, en 1979, a dérivé vers une interdiction de corriger sa progéniture de quelque manière que ce soit. «C'est allé trop loin, dit-il. Ils ont tendance à tout décider dans les familles.» Et d'ajouter qu'ils «sont mal préparés à la vie d'adulte. Cela se traduit par une forte hausse des troubles de l'anxiété et des gestes d'autodestruction.»

Son point de vue est contesté par d'autres thérapeutes, qui citent, par exemple, des enquêtes affirmant que la jeunesse suédoise se perçoit comme l'une des plus heureuses du monde. Toutefois, pour lutter contre le problème de l'enfant-roi, en 2010, à la suite d'une étude sur le bien-être des mineurs, le gouvernement a instauré un cours d'éducation visant à tisser des liens plus solides dans les foyers. «Les parents sont trop démocratiques, estime Hugo Lagercrantz, professeur en pédiatrie à Stockholm. Ils devraient se comporter en parents. La Suède n'est pas très portée sur la hiérarchie. C'est une des raisons qui font que le pays va relativement bien du point de vue économique», nuance-t-il.

Le chiffre: 50%

Telle est l'augmentation, entre 2011 et 2012 en Suède, des prescriptions médicales pour une activité sportive. Les toubibs proposent de plus en plus le sport (marche nordique, natation, aquagym, qi gong, yoga, jardinage) comme un outil thérapeutique, qui se révèle plus efficace que certaines médications. Il y a cinq ans, on dénombrait 30 000 ordonnances, contre 100 000 l'an passé. Les frais ne sont pas remboursés. Depuis un an, la ville de Strasbourg (F) teste ce système.

Le modèle du système social nordique: un mythe brisé?

Constamment vanté, le système scandinave est-il vraiment sans failles?

Cyril Coulet: On l’a vu avec les émeutes en juin dernier, en ce moment il y a une montée des inégalités qui contraste avec le système de protection sociale.

Sandro Cattacin: Ce modèle est conçu pour que tout le monde y ait une place en limitant les inégalités, mais le fossé se creuse.

Ces pays sont-ils encore des modèles à suivre?

C.C: La Suède se revendique comme un exemple, mais elle a des limites. Ça ne l’empêche pas de rester un laboratoire social pour les autres pays.

S.C: Je pense que maintenant, avec la mondialisation, ça va dans l’autre sens. Par exemple, la Suède nous imite, car elle vient d’adopter le principe du

deuxième pilier.

Quels débats de là-bas pourraient germer ici?

C.C: Il y a peu, la Suède a interdit, dans les bibliothèques, certaines bandes dessinées de Tintin parce qu’elles rappellent trop la colonisation; ça peut aussi alimenter un débat ici.

S.C: Je crois que c’est l’inverse. Chez les Suédois, les politiques contre la prostitution, les drogues et les clandestins sont très restrictives et de plus en plus critiquées. Elles tendront peut-être davantage, à l’avenir, vers ce qui se fait ici.

Ton opinion