Lausanne: Une grève de la faim secoue l'Ecole hôtelière
Actualisé

LausanneUne grève de la faim secoue l'Ecole hôtelière

Un professeur ne se nourrit plus depuis trois semaines, notamment pour dénoncer le mobbing pratiqué par la direction de l'institution.

par
Frédéric Nejad
Le professeur a débuté sa grève de la faim il y a environ 3 semaines.

Le professeur a débuté sa grève de la faim il y a environ 3 semaines.

Dans un courriel envoyé il y a quelques jours à tous ses collègues de l'Ecole hôtelière de Lausanne (EHL), I.S. a dévoilé «une des deux raisons» qui l'ont poussé à mener une grève de la faim.

Professeur émérite en management de la restauration, cet Anglais dénonce les «mauvais traitements» que lui et «plusieurs autres» collègues subissent au sein de l'EHL: «intimidation, mobbing». Et l'enseignant, qui avait débuté dans cet établissement en 1999, de pointer du doigt «une culture de la peur» distillée par la direction.

«Il vire ou il pousse à la démission à tour de bras»

Contactés par «20 minutes», des collaborateurs actuels ou sur le départ, qui travaillaient depuis de nombreuses années à l'EHL, ont confirmé la situation décrite par le gréviste. Directeur depuis 2010, Michel Rochat ferait preuve de «mépris» envers les anciens et aurait décidé de faire «table rase du passé» il y a un an: «Il vire ou il pousse à la démission à tour de bras, en enlevant des responsabilités à tous ceux qui en avaient avant son arrivée.» Des avocats défendent désormais certains de ces employés pour obtenir des accords financiers.

Malgré nos tentatives, mercredi, Michel Rochat est resté injoignable. Directrice de la communication de l'EHL, Anouck Weiss a confirmé être informée du «cas unique et isolé» du professeur gréviste de la faim. Elle déclare que la direction, inquiète, «veille à prendre les mesures nécessaires» à son égard. Lesquelles? Elle n'en dit rien, tout comme elle ne souhaite pas commenter les propos de nos sources.

Ton opinion