Royaume-Uni: une grève des cheminots sème le chaos dans les trains britanniques

Publié

Royaume-UniUne grève des cheminots sème le chaos dans les trains britanniques

Les conducteurs de train de neuf opérateurs régionaux débrayent ce samedi pour réclamer de meilleurs salaires. De nombreuses lignes, dont le Heathrow Express, sont coupées.

Dans les transports, les cheminots ont suivi une grève historique en juin, ponctuée de régulières journées d’actions comme ici à la gare londonienne de King’s Cross, fin juillet.

Dans les transports, les cheminots ont suivi une grève historique en juin, ponctuée de régulières journées d’actions comme ici à la gare londonienne de King’s Cross, fin juillet.

AFP

Une grève des conducteurs de train a provoqué d’importantes perturbations dans les transports ferroviaires samedi au Royaume-Uni, où les mouvements sociaux se multiplient sous l’effet de la flambée des prix. L’appel à la grève du syndicat Aslef concerne neuf opérateurs régionaux, certains annulant l’intégralité de leur trafic comme Heathrow Express qui dessert le plus grand aéroport de Londres.

Dans un communiqué, Aslef a justifié cette action comme une mesure «de dernier recours» face au refus de leurs employeurs et du gouvernement de leur accorder les augmentations de salaire demandées. Il explique que les conducteurs n’ont pas obtenu d’augmentation depuis trois ans, une situation qui devient «inacceptable» au moment où le Royaume-Uni traverse une grave crise du coût de la vie.

Opérateurs et gouvernement accusés de se renvoyer la balle

L’inflation dépasse déjà 9% et la Banque centrale la prévoit à plus de 13% à l’automne, quand les factures d’énergie doivent subir une nouvelle hausse massive, la deuxième cette année. Les opérateurs se disent prêts à accorder des augmentations mais en échange de réformes du statut des cheminots, tandis que le gouvernement appelle à la modération, invoquant notamment les aides publiques massives qui ont maintenu les opérateurs privés à flot pendant les confinements liés au Covid-19.

Face à la chute historique du pouvoir d’achat encaissée par les ménages, les mouvements sociaux se multiplient. Dans les transports, les cheminots ont suivi une grève historique en juin, ponctuée de régulières journées d’actions dont deux encore prévues la semaine prochaine à l’appel du syndicat RMT. Autre exemple de cet «été du mécontentement», des grèves sont aussi prévues dans les jours ou semaines à venir dans le métro de Londres, au groupe postal Royal Mail, à l’opérateur télécom BT ou encore de la part des journalistes du groupe Reach qui édite entre autres les tabloïds «Daily Mirror» et «Daily Express».

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires