Actualisé 18.04.2018 à 06:43

Argovie

Une griffure de buse lui transmet la peste du lièvre

Une femme a contracté la tularémie, en mars 2017, après avoir été attaquée par une buse dans le canton d'Argovie. Il a fallu près d'un an pour qu'elle ose à nouveau faire du sport en plein air.

de
20 Minuten/ofu
1 / 3
Pour la première fois, les médecins ont documenté un cas où la peste du lièvre a été transmise à l'homme par une buse.

Pour la première fois, les médecins ont documenté un cas où la peste du lièvre a été transmise à l'homme par une buse.

Keystone/Steffen Schmidt
Une joggueuse argovienne a été attaquée par le rapace en plein jogging, en mars 2017.

Une joggueuse argovienne a été attaquée par le rapace en plein jogging, en mars 2017.

sat.gstsvs.ch
L'incident a visiblement marqué toute sa famille. Ce dessin a été fait par son fils de 7 ans.

L'incident a visiblement marqué toute sa famille. Ce dessin a été fait par son fils de 7 ans.

sat.gstsvs.ch

Une histoire insolite s'est produite en mars de l'an dernier dans le canton d'Argovie. Une femme de 41 ans était en train de courir dans la région du Heitersberg lorsqu'elle a été attaquée par une buse variable en plein jour. Comme elle n'avait subi qu'une petite égratignure à la tête, la quadragénaire pensait s'en être relativement bien sortie. Or, il s'est avéré que l'attaque a eu des conséquences relativement graves, qui ont même surpris les médecins. Selon «20 Minuten», l'Alémanique a en effet contracté une maladie infectieuse provoquée par la bactérie francisella tularensis, autrement appelée la peste du lièvre.

Six jours après avoir été griffée par le rapace, elle a souffert de douleurs et de la fièvre. Ses ganglions situés au niveau du cou ont par ailleurs commencé à gonfler, de telle sorte qu'une visite chez son médecin de famille était inévitable. Pensant qu'elle souffrait d'une inflammation des méninges, le docteur lui a prescrit des anti-douleurs et des médicaments pour faire baisser la fièvre. Mais comme son état de santé ne s'est pas amélioré, elle a été hospitalisée trois jours plus tard.

Anti-douleurs et anti-inflammatoires

Sur place, les médecins ont découvert une infection par virus des voies respiratoires ainsi que des ganglions gonflés derrière son oreille gauche. Elle s'est donc fait prescrire une nouvelle fois des anti-douleurs ainsi que des anti-inflammatoires. Après cinq jours, la quadragénaire a décidé de quitter l'hôpital... cela alors qu'elle n'était toujours pas guérie.

Quatre semaines après l'attaque de la buse et plusieurs rendez-vous chez le médecin, l'Alémanique a une nouvelle fois été hospitalisée à l'hôpital cantonal argovien. Cette fois-ci, elle a été soignée par les médecins du service d'infectiologie. C'est là que des docteurs ont soupçonné pour la première fois la peste du lièvre. Ce n'est qu'après un traitement de plusieurs semaines sous antibiotiques qu'elle a finalement pu être guérie. En automne dernier, les derniers gonflements au cou ont eux aussi disparu. Mais il aurai fallu près d'un an pour que la Suissesse ose à nouveau faire du jogging, écrit «20 Minuten».

Maladie mortelle dans 5 à 15% des cas pour l'homme

Selon un rapport des archives suisses de médecine vétérinaire, il s'agit du premier cas documenté où un rapace a transmis la peste du lièvre à un humain. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) note de son côté que cette maladie gagne du terrain en Suisse. En 2015, 50 cas ont ainsi été signalés. Lorsqu'un humain contracte la tularémie, les symptômes sont le plus souvent la fièvre et le gonflement des ganglions. Dans 5 à 15% des cas, la maladie peut être mortelle pour l'homme.

En raison de sa présence répandue, de la faible dose infectieuse, de sa stabilité dans l'environnement ainsi que du tableau clinique grave de la maladie en cas d'affection pulmonaire, Francisella tularensis pourrait être utilisée comme une arme biologique, écrit l'OFSP sur son site.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!