Actualisé

Une heures sup en sciences pourmieuxouvrir les portes du Poly

LAUSANNE – L'EPFL a obtenu que les futurs bacheliers suivent davantage de cours de sciences.

Dès la rentrée, les horaires des gymnasiens vaudois compteront une heure de sciences en plus sur le planning hebdomadaire. Une mesure équivalente sera prise dans les prochaines années dans les autres canton. Le Conseil fédéral a en effet décidé d'augmenter la part des maths, de l'informatique, de la biologie, de la chimie et de la physique dans les cursus gymnasiaux. Si le canton de Vaud fait œuvre de pionnier, c'est que plusieurs écoles, dont l'EPFL, s'inquiétaient des lacunes dans ces matières de leurs futurs étudiants. «La science évolue et les exigences augmentent, reconnaît Nicolas Henchoz, porte-parole de l'EPFL. De plus, tous les étudiants qui viennent dans notre école n'ont pas choisi l'option «mathématique spéciale» au gymnase. Cette formation est pourtant un atout pour réussir la 1re au Poly.»

La nouvelle maturité avantage les étudiants en fin d'études. «Les élèves sont mieux préparés pour l'apprentissage par projet et pour le travail en groupe. Ce sont des capacités qui ne sont utilisées qu'à partir de la 3e année.»

Le renforcement des sciences au gymnase est né de discussions entre les autorités vaudoises et celles de l'EPFL: «Notre but est d'augmenter la qualité de l'enseignement. Nous n'allons pas forcément augmenter la matière à apprendre, mais donner aux élèves plus de temps pour l'assimiler», a expliqué hier Séverin Bex, directeur de l'enseignement gymnasial, à la Radio suisse romande.

L'EPFL fait également des efforts pour régler le problème: «Il est désormais possible de suivre un cours de six mois nommé «Polymath»: il permet de combler les lacunes en maths avant de commencer sa formation.»

Joël Burri

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!