Roland-Garros: Une histoire belge fait vibrer la Porte d'Auteuil
Actualisé

Roland-GarrosUne histoire belge fait vibrer la Porte d'Auteuil

Dimanche, David Goffin défiera Roger Federer en 8e de finale de Roland-Garros. Eliminé en qualifications, le Belge a été repêché à la suite d'un forfait.

par
Grégory Beaud
Paris
David Goffin.

David Goffin.

Vendredi, le Court numéro 7 a ressemblé à une arène le temps d'une rencontre entre le Polonais Lazlo Kubot et le Belge David Goffin. Dans ce duel entre deux joueurs rarement abonnés aux premiers rôles, le public amassé autour du rectangle de terre battue avait choisi son camp. Les Belges avaient fait le déplacement de Paris en nombre pour suivre l'enfant du pays.

Photos sur le mur

A chaque point, à chaque jeu et à chaque set remporté par David Goffin, une clameur a parcouru tout le domaine de la Porte d'Auteuil. On croyait que seuls les Sud-Américains pouvaient vibrer autant pour une rencontre de tennis. Les Belges ont prouvé le contraire. A 21 ans, le natif de Rocourt n'imaginait pas susciter un tel engouement à son arrivée sur les courts français. Des chants de supporters se sont enchaînés à chaque pause.

Cette saison, David Goffin a remporté le Challenger de «Le Gosier», en Guadelope. Sur le tour ATP, il a atteint les quarts de finale à Chennai après avoir battu son compatriote Xavier Malisse et l'Allemand Andras Beck. Ce huitième de finale de Grand Chelem ressemble déjà furieusement à un rêve pour le Belge. Lorsqu'il a eu la confirmation que Roger Federer se dresserait sur son parcours, David Goffin a mis du temps à s'en remettre: «Je peux à peine y croire. Petit, ma chambre était tapissée de photos et de posters de lui. Et maintenant, je vais l'affronter à Roland-Garros.»

Dans le Top 100

Vivement soutenu par la cohorte belge, il n'a plus peur de rien: «Si je peux le battre? Si je dis oui, je passe pour un prétentieux; si je dis non, on va me dire que je manque d'ambition.» Une chose est sûre, David Goffin n'a pas peur de quitter l'anonymat des qualifications et des premiers tours sur des terrains annexes pour jouer sur le court central ou le Suzanne Lenglen: «Je n'ai pas l'habitude de jouer dans un grand court et dans une telle ambiance, mais on ne peut que bien jouer dans de telles conditions.»

Grâce à son parcours aussi inattendu qu'éblouissant, le Belge devrait rentrer dans le Top 100 pour la première fois de sa carrière. Mieux, son prochain classement devrait se situer aux alentours de la 70ème place mondiale. Il en est sûr, ce n'est qu'une étape. «J'espère me retrouver au sommet et me battre pour remporter des tournois du Grand Chelem. Mais pour cela, j'ai beaucoup de travail devant moi.»

Ton opinion