Genève: Une histoire de drogue à l'origine du coup de feu?

Actualisé

GenèveUne histoire de drogue à l'origine du coup de feu?

L'omerta règne après le tir survenu mercredi à la rue de Berne, aux Pâquis. La victime serait un jeune Albanais.

par
Julien Culet
La rue de Berne avait été bouclée tôt mercredi matin.

La rue de Berne avait été bouclée tôt mercredi matin.

L'homme blessé par balle mercredi matin dans un appartement du No 23 de la rue de Berne serait un Albanais d'une vingtaine d'années. Selon une source policière, quatre personnes, originaires du même pays, ont été interpellées dans le logement des Pâquis. «Je sais qu'elles ont été entendues par le Ministère public mais cela va être difficile de savoir quelque chose, estime cette source. Dans cette communauté, on appelle cette omerta la loi du Kanun.»

D'après un commerçant souhaitant garder l'anonymat par crainte de représailles, la victime est connue pour avoir une arme et travaille dans un bar de la rue Sismondi. Sur place, employés et direction se refusent à tout commentaire.

Une affaire de stupéfiants pourrait être à l'origine du différend, qui a commencé sur la voie publique peu après 6 h du matin. «Je ne veux pas faire de généralisation mais nous savons que les Albanais contrôlent l'héroïne dans le quartier. Il se dit d'ailleurs qu'il s'agit d'une histoire de drogue», indique l'élu pâquisard du MCG Pascal Spühler, actif dans le monde de la nuit.

Au lendemain des coups de feu, le Ministère public n'a pas souhaité donner davantage d'informations sur le déroulement des faits.

Ton opinion