Royaume-Uni – Une infection sexuelle qui «mange la chair» inquiète
Publié

Royaume-UniUne infection sexuelle qui «mange la chair» inquiète

Depuis la fin du confinement, une infection sexuellement transmissible rare en Europe progresse et inquiète les médecins au Royaume-Uni.

par
nc
Le nombre de cas a doublé entre 2016 et 2019.

Le nombre de cas a doublé entre 2016 et 2019.

AFP

Depuis deux ans, les cas d'une infection sexuellement transmissible bien particulière augmentent au Royaume-Uni, selon les observations de médecins relayées par The Sun. La donovanose est une maladie d'origine bactérienne qui touche les organes génitaux et régions voisines. Elle se caractérise par de petits nodules indolores qui apparaissent environ 10 à 40 jours après la contamination, puis qui éclatent et forment des plaies tissulaires ouvertes et suintantes. Pour cette caractéristique, l'infection est aussi appelée... «mangeuse de chair».

Selon The Sun, 19 cas avaient été déclarés en 2016 et le double en 2019 en Grande-Bretagne. Depuis la fin des confinements, cette infection sexuellement transmissible progresse encore, d'après Public Health England, provoquant la crainte du milieu médical. La maladie est très présente en Inde ou au Brésil, par exemple, mais rarement constatée à ce niveau en Europe.

Selon les cas, les lésions, qui apparaissent dans les zones de contact sexuel, peuvent s'aggraver et entraîner des conséquences potentiellement mortelles. Chez les femmes, la paroi du vagin et le col de l'utérus peuvent être touchés. Il est évidemment important que l'infection soit traitée dès que possible. Shree Datta, obstétricienne et gynécologue citée par The Sun, rappelle que «l’usage de préservatifs réduit le risque de contracter la maladie». En attendant, le message de prévention accompagne la vigilance.

Ton opinion