Erreur médicale: Une infirmière en garde à vue après la mort d'un enfant à Paris
Actualisé

Erreur médicaleUne infirmière en garde à vue après la mort d'un enfant à Paris

Une infirmière du groupe hospitalier Cochin-Saint-Vincent-de-Paul dans le XIVe arrondissement de Paris a été placée en garde à vue après le décès suspect mercredi soir d'un enfant de trois ans.

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a annoncé jeudi que l'infirmière avait «reconnu une erreur» et a fait état d'une triple enquête.

«Il semble que le décès soit lié à une erreur dans l'administration du médicament», a déclaré le service de communication d'Assistance publique-Hôpitaux de Paris sans autres précisions, à l'Associated Press.

«Ce n'est pas un dysfonctionnement lié à l'urgence ou à une absence de vigilance collective. C'est plus apparemment un dysfonctionnement individuel mais l'enquête nous en dira plus», a pour sa part précisé le président suppléant du conseil d'administration de l'AP-HP Jean-Marie Le Guen en marge d'une visite à l'hôpital Robert Debré.

Le petit garçon, hospitalisé dans un service de pédiatrie générale, est décédé mercredi peu après 20h, a-t-on expliqué de source policière. L'infirmière a été interpellée par les policiers de la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) et placée en garde à vue.

«L'infirmière elle-même a reconnu une erreur, elle s'en est tout de suite ouvert d'ailleurs à son chef de service», a confié la ministre de la santé Roselyne Bachelot jeudi lors d'une visite à l'hôpital Robert Debré.

«Depuis 23h hier, elle est donc en garde à vue, ce qui est une procédure normale en ces circonstances», a expliqué Mme Bachelot.

«Il ne me revient pas à ce point de l'affaire d'émettre des conclusions. Il y a donc une triple enquête: une enquête judiciaire», une «enquête qui est mandatée par Assistance publique-Hôpitaux de Paris», et «moi-même, j'ai donc demandé une enquête administrative qui va être menée par la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales de Paris», a-t-elle précisé, évoquant «une erreur tragique» dans le «service de pédiatrie générale» de l'hôpital Cochin-Saint-Vincent-de-Paul.

«Mes premières pensées» vont vers «la famille de ce petit garçon de trois ans» car «on sait vraiment ce que représente la perte d'un enfant, c'est absolument terrible», a souligné Mme Bachelot. D'après la ministre, les parents ont été «pris en charge par l'ensemble du personnel, médecins, psychologues, à l'intérieur de Cochin-Saint-Vincent-de-Paul». (ap)

Ton opinion