Actualisé 05.04.2006 à 22:42

Une jeune photographe lausannoise crève l'écran

Catherine Leutenegger, une Lausannoise de 22 ans, a décroché le Prix culturel Manor et une bourse fédérale de design. A la clé, 15 000 et 20 000 fr. De quoi lancer sa carrière.

«J'ai encore de la peine à me rendre compte de ce qui m'arrive.» Il faut dire que les distinctions sont prestigieuses: en 1994, le prix offert par la chaîne de magasins revenait à l'artiste mondialement connue Pipilotti Rist. Mais Catherine Leutenegger garde les pieds sur terre. «Cet argent va surtout me permettre d'acquérir du matériel.» Elle travaille pour le moment avec celui de l'ECAL, où elle effectue une formation postgrade, après avoir obtenu son diplôme en 2005. Elle a aussi la possibilité de convertir la manne fédérale en stage à l'étranger. «J'attends de voir ce qu'on me propose, mais, idéalement, j'aimerais partir auprès d'un grand photographe, à Paris ou à New York.»

Autre récompense offerte par Manor, son travail sera exposé dès le mois d'octobre au Musée de l'Elysée. Pendant une année, elle a immortalisé 25 ateliers photographiques du canton. «J'ai voulu faire un arrêt sur image de ces lieux, souvent méconnus.» L'artiste a été sensible aux bouleversements qu'ils connaissent avec l'arrivée du numérique. «A l'heure où tout le monde peut acheter un appareil digital et se proclamer photographe, il est de plus en plus dur de percer. Surtout dans un canton où les entreprises n'aiment pas prendre de risques et faire confiance aux jeunes artistes.»

Cédric Alber

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!