BBC - Une journaliste reçoit un appel des talibans en plein direct
Publié

BBCUne journaliste reçoit un appel des talibans en plein direct

Dimanche, en plein direct du JT, une journaliste de la BBC a reçu un appel du porte-parole des talibans sur son téléphone portable personnel. Au moment même où les talibans marchaient sur Kaboul.

Ce dimanche 15 août, la journaliste Yalda Hakim, spécialiste de l’actualité afghane, a reçu un appel téléphonique du porte-parole des talibans, Suhail Shaheen, alors qu’elle était à l’antenne. D’abord surprise, elle a rapidement retrouvé ses esprits afin d’interroger l’homme sur la situation dans le pays, au moment même où les talibans marchaient en direction de la capitale afghane, Kaboul.

La journaliste a ainsi connecté Suhail Shaheen au studio de la BBC, demandant aux producteurs si les téléspectateurs du programme seraient en mesure d’entendre le porte-parole, alors que les caméras continuaient de tourner. L’équipe a alors placé un microphone à proximité du téléphone portable.

Des craintes des femmes afghanes

Le porte-parole a affirmé que l’objectif des talibans était «la paix». «Il ne devrait y avoir aucune confusion, nous sommes sûrs que les biens et les vies du peuple afghan sont en sécurité dans la ville de Kaboul.» «Il n’y aura de vengeance sur personne. Nous sommes les serviteurs du peuple et de ce pays, a-t-il ajouté. Nos dirigeants ont demandé que nous restions à l’extérieur de la ville. Nous attendons un transfert pacifique du pouvoir.»

Au cours de cette interview, la journaliste a abordé la question des peurs des femmes en Afghanistan. Pour certaines, le retour des talibans signifie «la fin du monde» et leurs droits bafoués. Les Afghanes craignent que les militants n’imposent des interprétations strictes de la charia, notamment des châtiments corporels et une interdiction pour les filles d’aller à l’école. «Elles craignent de revenir à un régime où les filles ne peuvent pas aller à l’école, où les femmes ne peuvent pas travailler. Les Afghanes auront toujours accès à l’éducation et au marché du travail tout en gardant le hijab», a conclu Suhail Shaheen.

La journaliste a été félicitée par ses collègues et les téléspectateurs pour son sang-froid lorsqu’elle a reçu l’appel, mais aussi pour son interview sans restriction.

(vja)

Ton opinion