Genève: Une Lamborghini virée d'une place handicapé
Actualisé

GenèveUne Lamborghini virée d'une place handicapé

Le bolide a été pris en charge par une dépanneuse, mercredi soir, aux Eaux-Vives. Son conducteur pourra le récupérer au garage.

par
leo

«Il y avait pas mal de monde, c'est assez rare de voir une voiture comme ça», raconte Mauro. Mercredi, vers 22h, ce lecteur sortait d'un restaurant situé à la rue du 31-Décembre, aux Eaux-Vives, quand il a vu une Lamborghini être enlevée d'une place destinée aux personnes à mobilité réduite, sous la surveillance de la police. L'opération s'est déroulée devant de nombreux badauds.

1 / 3
Devant de nombreux badauds, une Lamborghini a été enlevée d'une place pour personnes à mobilité réduite située à la rue du 31-Décembre, aux Eaux-Vives, mercredi soir.

Devant de nombreux badauds, une Lamborghini a été enlevée d'une place pour personnes à mobilité réduite située à la rue du 31-Décembre, aux Eaux-Vives, mercredi soir.

Lecteur reporter
La rue avait dû être bloquée pour les besoins de l'intervention de la dépanneuse.

La rue avait dû être bloquée pour les besoins de l'intervention de la dépanneuse.

Lecteur reporter
Le propriétaire pourra récupérer son véhicule au garage, moyennant le paiement de l'intervention. Il écope d'une amende 120 francs.

Le propriétaire pourra récupérer son véhicule au garage, moyennant le paiement de l'intervention. Il écope d'une amende 120 francs.

Lecteur reporter

Quand un véhicule est garé sur ce type de place sans en avoir le droit, il est enlevé d'office, confirment les forces de l'ordre. Celles-ci ont dû bloquer la rue pour les besoins de l'intervention d'une dépanneuse spéciale. En effet, explique la police cantonale, de par le coût du bolide et de sa forme, large et plate, l'opération a demandé des précautions particulières. «On n'utilise pas le même type de dépanneuse que pour une Fiat Punto par exemple, sans vouloir dénigrer la moindre marque», indique Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole des forces de l'ordre.

Quand il a constaté que sa voiture avait été enlevée, le conducteur de l'auto immatriculée à l'étranger a contacté la police. Celle-ci l'a informé qu'il pourrait la récupérer au garage qui a procédé à l'enlèvement, moyennant le paiement de la prestation effectuée mercredi soir. En outre, il écope d'une amende de 120 francs pour stationnement sur une place pour personnes à mobilité réduite.

Ton opinion