Actualisé 12.08.2008 à 19:49

GoûtUne langue électronique contre la fraude des vins

La machine qui détecte les cépages dans le vin pourra faire très mal aux falsificateurs.

La nouvelle vient de Barcelone, où l'Institut de micro-électronique a mis au point un détecteur capable d'identifier le contenu des vins.

Cette technologie à base d'ions s'inspire de membranes utilisées pour distinguer le contenu minéral de différentes eaux minérales. Pour l'instant elle repère quatre cépages: le chardonnay, le malvoisie, l'airén et le macabeu. Elle peut aussi indiquer s'il s'agit du millésime 2005 ou 2007. A l'avenir l'appareil devrait étendre ses possibilités à un plus grand nombre de cépages.

Il pourra alors permettre de savoir si un vin est fait des bons raisins sans passer par un labo. Pour composer le rioja, par exemple, seuls cinq cépages sont autorisés.

La fraude pose de grands problèmes aux maisons de vente aux enchères, signale Time. L'avantage de cette langue électronique réside en ce qu'elle détecte dans un vin l'ajout de 20% d'un autre cépage. Ce qui est indécelable au goût.

«Autrefois il était difficile de déterminer les mélanges de vins suisses et étrangers, aujourd'hui interdits; en plus il existe plusieurs centaines de pinots noirs différents», confie l'oenologue Hansueli Pfenninger, de l'Ecole du vin, à Changins. «Jusqu'à présent les recherches portaient sur l'ADN du raisin, mais dans le vin celui-ci n'est plus présent», explique Fabrice Lorenzini, de la Station de recherche de Changins.

Giuseppe Melillo

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!