Actualisé 08.02.2008 à 18:56

Une liste noire de professeurs juifs circule sur le net

La publication sur internet d'une «liste noire» de 162 noms de professeurs italiens d'université «juifs ou soutenant Israël» a provoqué vendredi l'indignation de la communauté juive de Rome ainsi que celle de responsables politiques et universitaires.

Une plainte a été déposée.

La principale association de défense de la communauté juive de Rome, à l'origine de cette plainte, a demandé que les auteurs du blog soient identifiés et poursuivis.

Ces auteurs accusent les professeurs de «faire de la propagande en faveur d'Israël et d'en défendre les intérêts au mépris de ceux du peuple italien», sur leur blog qui n'avait pas été fermé vendredi.

«Apprenez à lire les noms de famille de ceux qui vous parlent et vous enseignent», écrivent encore les auteurs de la liste, qui détaille le nom, le prénom et l'université de chaque enseignant.

Demande par Amato

Le ministre de l'Intérieur, Giuliano Amato, a lui aussitôt demandé à la police d'enquêter sur cette affaire.

«Il doit y avoir une réponse ferme de la part des institutions», a déclaré le porte-parole de la communauté juive romaine, Riccardo Pacifici.

«C'est une honte. Le fait qu'une espèce de Ku Klux Klan des temps modernes puisse publier des listes dénonçant les Juifs est très inquiétant», a déclaré le ministre de l'Education nationale, Giuseppe Fioroni.

Condamnation

«L'antisémitisme et toutes les formes de discrimination sont aux antipodes des valeurs défendues par l'université», a réagi dans un communiqué le recteur de l'université La Sapienza de Rome, à laquelle appartiennent plusieurs enseignants cités par le blog, condamnant un «acte très grave et inacceptable».

«C'est effrayant, nous sommes à la limite de la folie. Ceux qui sont à l'origine de cette liste doivent être punis», a indiqué Anna Foa, professeur d'histoire à La Sapienza, dont le nom apparaît sur la liste.

«Découvrir que dans notre pays des 'listes noires' contre les Juifs, d'inspiration nazie, est très grave», a estimé Cesare Salvi, député de la gauche radicale. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!