Prêtres pédophiles: «Une liste noire est inutile»
Actualisé

Prêtres pédophiles«Une liste noire est inutile»

Face aux révélations de cas de prêtres abuseurs, les responsables de l'Eglise catholique suisse sont divisés sur les remèdes à appliquer.

Mgr Brunner (droite)«ne voit pas l'utilité» d'une liste de prêtres pédophiles.

Mgr Brunner (droite)«ne voit pas l'utilité» d'une liste de prêtres pédophiles.

Mgr Norbert Brunner,l'abbé d'Einsiedeln (SZ), défend l'idée d'une liste centrale des prêtres pédophiles. Le président de la Conférence suisse des évêques (CES) pas.

Mgr Norbert Brunner «ne voit pas l'utilité» d'une telle liste: «C'est à chaque évêché de vérifier si une personne correspond aux exigences professionnelles et morales avant de l'engager», déclare le président de la CES dans «Le Matin Dimanche».

Pour Martin Werlen, l'abbé d'Einsiedeln, une plus grande surveillance est au contraire nécessaire. Dans un entretien au «SonntagsBlick», le responsable réclame un registre centralisé à Rome des gens d'église contre lesquels une plainte a été déposée.

Cet instrument permettrait aux évêques de se renseigner sur une personne mutée dans leur diocèse, où qu'il se trouve dans le monde, défend l'abbé. M. Werlen compte présenter son idée à la CES et va demander une séance extraordinaire, car il estime que cette proposition ne peut attendre la prochaine rencontre plénière en juin.

Aucune nécessité d'agir

Il n'est pas certain qu'il obtienne gain de cause. La CES ne juge pour l'instant pas nécessaire d'agir. La lettre du pape publiée samedi au sujet des abus sexuels en Irlande confirme les directives mises en place en 2002 par l'Eglise, a dit samedi le porte-parole de la CES Walter Müller.

Son président s'exprime ainsi en faveur d'un examen au cas par cas pour dénoncer des prêtres à la justice et contre une dénonciation systématique, dans la «NZZ am Sonntag». Grâce aux directives de la CES, chaque évêché a mis en place une commission spécialisée et des structures qui collaborent avec les autorités civiles.

Sanction et réparation

Les cas d'abus ne sont pas systématiquement dénoncés à la justice civile. «Si un évêque ou un autre prêtre est au courant d'un abus, il doit dire à l'abuseur de se rendre à la justice. Si le délit est vraiment grave, l'évêque peut dénoncer lui-même le prêtre en question, à condition que la victime soit d'accord», précise Mgr Brunner dans «Le Matin Dimanche». Mais le secret de la confession reste inviolable.

Le président de la CES souligne aussi que le droit canon prévoit des sanctions et que la réparation du tort moral peut aller plus loin pour un ecclésiastique qu'un tribunal civil. Par exemple, en prenant en charge les coûts d'un suivi psychologique d'une victime.

Pas d'excuses

Selon Mgr Brunner, c'est d'abord l'auteur d'abus qui en porte la responsabilité, pas l'Eglise. Le président de la CES ne compte donc pas présenter des excuses pour les cas découverts en Suisse. Selon lui, l'important est qu'un évêque déplore sincèrement de tels cas.

Or, Norbert Brunner regrette «très profondément» ce qui se passe. «Chaque cas d'abus sexuel est un cas de trop». Il s'étonne tout de même que, dans une société «hypersexualisée», on se focalise sur les hommes d'Eglise. Il y voit une forme d'acharnement contre l'Eglise.

Mgr Brunner pense pouvoir affirmer que la culture du secret autour des abus sexuels relève du passé et que l'Eglise cherche vraiment à faire la lumière sur ces affaires. «Pas seulement parce que des cas sont dévoilés dans les médias, mais parce que nous devons rester crédibles auprès des fidèles».

60 plaintes

La Conférence des évêques suisses a reçu 60 plaintes ces quinze dernières années. Dimanche, la «Südostschweiz am Sonntag» a dévoilé le cas d'un moine du cloître de Disentis (GR), accusé d'avoir abusé sexuellement d'un ancien élève de l'école du cloître.

L'évêché de Coire est en train d'examiner dix cas possibles d'abus concernant les cantons de Zurich, des Grisons et de Schwyz. L'abbaye d'Einsiedeln (SZ) connaît le problème, elle a dû éloigner cinq moines du collège depuis les années 1970. Aucun cas récent n'a été annoncé à la commission de l'évêché de Lausanne, Genève et Fribourg. (ats)

Ton opinion