Italie: Une loterie dans des supermarchés pour espérer gagner... un emploi
Actualisé

ItalieUne loterie dans des supermarchés pour espérer gagner... un emploi

Une chaîne de supermarchés du nord de l'Italie organise pendant tout le mois de septembre une loterie originale. Les heureux gagnant décrocheront des emplois au sein de l'entreprise.

par
afp/atk

La firme de supermarchés Tigros a lancé ce jeu concours à l'occasion de son trentième anniversaire. Elle propose dix emplois à gagner. Ce sont des contrats à durée déterminée d'un an de magasinier ou de cariste payés entre 1.100 et 1.200 euros nets par mois. Des cours sont également proposés.

«J'ai fait les courses et j'ai trouvé un travail», s'exclame une jeune femme sur les affiches publicitaires de la chaîne qui détient 59 supermarchés dans les prospères régions de Lombardie et du Piémont.

A l'issue des CDD, les salariés seront embauchés définitivement sauf en cas de «problème de discipline», a assuré à l'AFP Stefano Trentini, responsable de la communication de Tigros, entreprise qui compte 1.200 salariés.

L'objectif est «de répondre aux besoins réels» des clients et l'emploi est aujourd'hui «un problème prioritaire», même si la province de Varese, en Lombardie, où se trouve la quasi totalité des magasins du groupe, est «plus privilégiée que les autres provinces du pays», a expliqué M. Trentini.

Pour participer à la loterie, il faut être titulaire de la carte fidélité du magasin et faire pour au moins 30 euros d'achats donnant droit à un bulletin à insérer dans les urnes disposées dans les supermarchés de la chaîne. Des bons d'achats sont également à gagner.

Mais cette initiative n'est pas du goût des syndicats. La CGIL (gauche) a dénoncé cette initiative en estimant qu'elle «instrumentalise le côté dramatique de la crise» économique, se demandant «pourquoi les travailleurs devraient considérer la recherche d'un emploi comme une sorte de roue de la fortune».

«Il n'est pas dans notre intention d'offenser qui que ce soit», s'est défendu M. Trentini en assurant que «clients et salariés sont très contents de cette initiative».

Sous l'effet de la crise mondiale, le taux de chômage a grimpé à 7,3% en Italie au premier trimestre 2009, au plus haut depuis trois ans, selon les derniers chiffres officiels connus.

Ton opinion