Berne: Une maman «armée» effraie des écoliers
Actualisé

BerneUne maman «armée» effraie des écoliers

Une mère de famille a accompagné ses enfants sur le chemin de l'école avec une fausse mitraillette. La raison? Ses petits lui ont avoué avoir été victimes de mobbing.

par
meo/ofu
Pour fabriquer le faux fusil, la mère a modifié un pistolet à eau en y ajoutant des bouts de carton, des Lego et des ustensiles de cuisine.

Pour fabriquer le faux fusil, la mère a modifié un pistolet à eau en y ajoutant des bouts de carton, des Lego et des ustensiles de cuisine.

On dirait une scène tirée d'un mauvais film. Une mère, vêtue d'un ensemble de cuir et armée d'un faux fusil, a dernièrement accompagné ses deux garçons à l'école primaire d'Hinterkappelen (BE). Résultat: de nombreux enfants ont été effrayés parce qu'ils n'ont pas compris qu'il s'agissait d'une arme factice.

Alertée, la police a embarqué la maman au poste. Selon la «Berner Zeitung», la mère a tenté de jouer au garde du corps pour ses enfants. Son fils aîné, âgé de 9 ans, est en effet victime de harcèlement depuis plusieurs années. Lorsqu'il se fait frapper, ses camarades le laissent tomber systématiquement. La mère en a fait part à l'établissement scolaire, mais celui-ci n'a pris aucune mesure pour le moment. Selon l'école, ce sont les parents qui sont responsables de ce qui se passe sur le chemin.

Mère soutenue par l'école

Le président de la commune de Wohlen, Bänz Müller, ainsi que la direction scolaire ont fait parvenir une lettre aux autres parents dans laquelle ils expliquent ce qu'il s'est passé et les raisons qui ont poussé la mère à agir de la sorte. Mais pour plusieurs familles, cette explication n'est pas suffisante. Elle demandent que l'affaire soit discutée à l'école. Nombreux sont ceux qui souhaitent également savoir quelles décisions seront prises pour éviter à l'avenir des cas de mobbing. Contactée, la direction scolaire ne veut pas s'exprimer sur les faits. Elle s'est contentée de dire qu'elle allait soutenir la mère en question.

Si aucune plainte n'a été déposée contre la Bernoise, l'autorité cantonale de protection de l'enfant et de l'adulte se penche désormais sur l'affaire. Il s'agira de définir si la mère était dépassée par les évènements.

Ton opinion