Genève: Une maman frôle le casier pour avoir offert une lame
Publié

GenèveUne maman frôle le casier pour avoir offert une lame

Un petit achat de vacances a failli coûter très cher à une femme. Son avocat tance le Parquet.

par
Jérôme Faas
Les couteaux papillon sont interdits en Suisse (image d'illustration).

Les couteaux papillon sont interdits en Suisse (image d'illustration).

20 Minutes / Média Profil

En achetant un petit couteau à son fils de 10 ans, B. est passée à un doigt d'un casier judiciaire - et de fâcheuses conséquences professionnelles. De fil en aiguille, cet anodin cadeau a en effet valu à cette maman une condamnation pour infraction à la loi sur les armes. Pire, dans sa première ordonnance pénale, datée d'août 2018, le Ministère public avait retenu le caractère intentionnel et par métier du délit. Il aura fallu attendre le 3 septembre 2019 pour que le Tribunal de police adoucisse la sanction.

Tout débute en Corse durant l'été 2017. B. offre un couteau papillon (lire encadré) à son fils. Elle rentre à Genève en avion avec l'objet dans la valise du petit, sans souci. Mais un an après, alors qu'elle part en Ukraine, ça coince. Le bagage de l'enfant alerte la sécurité aéroportuaire de Cointrin. B. est dénoncée au Parquet. Il la condamne donc à des jours-amende, soit une peine débouchant sur un casier. «La disproportion avec la faute est énorme», observe son avocat, Me Benjamin Grumbach.

Et de fustiger le travail du Ministère public. «Retenir que ma cliente avait agi à titre professionnel relève au mieux d'une grave négligence, au pire d'un dysfonctionnement inquiétant de notre système judiciaire. Et retenir l'intention contrevenait au bon sens.» D'opposition en opposition, le Tribunal de police lui a donné raison: B. a été condamnée, mais pour une faute par négligence. «Cela change tout: elle a reçu une amende (de 500 fr.), qui ne donne lieu à aucune inscription au casier. Mais il est regrettable qu'il ait fallu aller jusqu'au tribunal pour obtenir une juste application de la loi. Que serait-il arrivé si B. n'avait pas pu ou su se défendre?»

Dès 12cm, un couteau devient une arme

En Suisse, plusieurs couteaux sont interdits. Il en va ainsi des lames dotées d'un système permettant une ouverture automatique à une main. Les poignards à lame symétrique, les couteaux papillon et ceux destinés au lancer sont aussi proscrits. L'ordonnance sur la loi sur les armes dit en outre qu'un couteau devient une arme si la longueur de sa lame excède 5cm, ou si sa longueur totale dépasse 12cm. Tel était le cas de l'objet offert à son fils de 10 ans par B., dont l'avocat souligne qu'il n'est pas un adolescent susceptible de l'utiliser à mauvais escient.

Ton opinion