Actualisé 04.07.2013 à 18:51

Crise en Egypte

Une manifestation des pro-Morsi vendredi

La Coalition islamiste, qui regroupe plusieurs partis et mouvements islamistes, a appelé jeudi soir à manifester vendredi pour protester contre la destitution du président.

La Coalition nationale de soutien à la légitimité «appelle le peuple égyptien a descendre dans la rue et à se mobiliser de façon pacifique» lors d'un «vendredi du rejet», après la prière, «pour dire 'non' aux détentions par les militaires, 'non' au coup d'Etat militaire».

La Coalition a lancé cet appel lors d'une conférence de presse tenue dans une mosquée de la banlieue du Caire où les partisans du président déchu tiennent un sit-in depuis la semaine dernière.

Des islamistes manifestent cernés par l'armée

Entre une mosquée et des barbelés, des milliers d'islamistes partisans de l'ancien président Mohamed Morsi manifestaient jeudi dans un faubourg du Caire. Des soldats et des forces anti-émeutes les cernaient.

Comme les jours précédents, les manifestants pro-Morsi se sont rassemblés devant la mosquée Rabia al-Adawiya de Nasr City, un faubourg du Caire, non loin du palais présidentiel.

Sur tous les accès au site, à un kilomètre environ des manifestants, des véhicules blindés de l'armée étaient déployés, ainsi que des soldats et des hommes de la Force de sécurité centrale, la police anti-émeutes.

Imposants barbelés

D'imposants barbelés barraient les rues et seuls des points de passage permettaient à des petits groupes de manifestants de passer, après avoir été contrôlés. Un officier a assuré à l'AFP qu'ils pouvaient circuler librement. Selon lui, les fouilles visaient seulement à vérifier qu'ils ne portaient pas d'armes.

Les pro-Morsi s'en prenaient au chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Sissi, artisan de l'ultimatum au président et de la «feuille de route» présentés la veille pour organiser la transition.

De nombreuses femmes étaient présentes dans la foule. Trois jeunes femmes vêtues du niqab portaient symboliquement des linceuls dans leurs bras, en chantant des chants islamiques et en assurant être prêtes à «mourir pour la légitimité» du président déchu.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!