Une marée de musulmans au pied du Mont Arafat
Actualisé

Une marée de musulmans au pied du Mont Arafat

Quelque deux millions de musulmans se sont rassemblés mardi autour du Mont Arafat pour une journée de recueillement.

Ce rite constitue le temps fort du pèlerinage annuel à La Mecque, auquel participe le président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

M. Ahmadinejad a été invité par le roi Abdallah pour la première participation officielle d'un président iranien au pèlerinage sur les lieux saints de l'islam. Il devait faire partie des pèlerins iraniens au rassemblement traditionnel près du Mont Arafat, mais il en a été empêché par la congestion du trafic routier, selon un organisateur.

C'est sur cette colline rocailleuse, située à une dizaine de kilomètres de La Mecque, que le prophète Mahomet a donné son dernier sermon il y a plus de 14 siècles.

Attente du Jugement dernier

Les fidèles les plus zélés escaladent le mont de quelque 300 mètres de haut pour accomplir le «wouqouf» (station), qui symbolise l'attente du jour du Jugement dernier.

Les hommes, vêtus de deux pièces de tissu blanc non cousu qui, selon la tradition, leur serviront de linceul, et les femmes, entièrement couvertes à l'exception du visage et des mains, répètent inlassablement en choeur la formule rituelle.

Le nombre final de pèlerins pour cette année n'a pas encore été annoncé mais, selon le ministre saoudien de l'intérieur Nayef Ben Abdel Aziz, 1 707 814 million de fidèles, représentent 181 nationalités, sont venus en Arabie. Quelque 200 000 Saoudiens et résidents étrangers du royaume participent généralement au «hadj».

Tensions avec l'Iran

L'invitation au président iranien est un symbole fort alors que les incidents entourant le pèlerinage ont causé des tensions diplomatiques entre les deux pays ces dernières années.

En juillet 1987, les forces de l'ordre saoudiennes avaient réprimé dans le sang une manifestation de pèlerins iraniens contre contre les Etats-Unis et Israël. Selon un bilan officiel saoudien, les affrontements avaient fait 402 morts, dont 275 Iraniens. Pour Ryad, le pèlerinage ne doit pas servir de forum politique.

Les fidèles regagneront mercredi matin Mina pour le dernier et plus dangereux rite du hadj: la lapidation de trois stèles symbolisant Satan, théâtres les années passées de bousculades meurtrières.

Le pèlerinage est l'un des cinq piliers de l'islam que chaque musulman est tenu d'effectuer une fois s'il en a les moyens. (ats)

Ton opinion