Procès en France: Une médium dit être en contact avec Fiona
Actualisé

Procès en FranceUne médium dit être en contact avec Fiona

Le témoin-surprise appelé mercredi après-midi devant les assises du Puy-de-Dôme, où sont jugés la mère de la petite Fiona et son ancien compagnon, s'est révélé être une médium.

Me Marie Grimaud, avocate de la partie civile, explique avoir été obligée, «en tant qu'auxiliaire de justice», de transmettre à la cour les documents que lui avait envoyés la mystérieuse médium «dans la nuit».

Me Marie Grimaud, avocate de la partie civile, explique avoir été obligée, «en tant qu'auxiliaire de justice», de transmettre à la cour les documents que lui avait envoyés la mystérieuse médium «dans la nuit».

AFP/Thierry Zoccolan

Débutant son témoignage vers 17h30, cette petite brune de 47 ans a expliqué à la cour que Fiona, l'enfant de cinq ans dont le corps n'a toujours pas été retrouvé, l'avait «contactée dès le début de l'affaire». Fiona «m'a dit qu'elle avait touché de la drogue et (que sa mère et son ancien compagnon) l'avaient frappée». «Elle m'a parlé des lieux» où elle aurait été ensevelie. «Elle m'a dit que c'était l'autre lac, pas celui d'Aydat» où les fouilles se sont concentrées, a ajouté la radiesthésiste. Elle ajoute s'être elle-même rendue sur place en 2013 avec son mari, puis avoir donné des éléments à la police judiciaire, qui lui a répondu au téléphone d'arrêter «de les faire ch...».

Le calvaire de Fiona

Le 12 mai 2013, la mère de Fiona avait déclaré sa disparition dans un parc de Clermont-Ferrand (FR), alors qu'elle s'était assoupie, exténuée par sa grossesse. Un mensonge inventé de toutes pièces. Quatre mois plus tard, son histoire s'effondre. Le couple, connu pour toxicomanie, avoue le décès de l'enfant, la mère et son compagnon s'accusant mutuellement d'avoir porté les coups mortels.

Le calvaire de la petite Fiona devant la just

La mère de Fiona et son ex-compagnon comparaissent lundi devant les assises du Puy-de-Dôme.

«Je n'avais pas envie d'être médiatisée. Si je le fais, c'est pour la petite Fiona», a encore dit cette médium, qui se dit «persuadée» que la fillette de cinq ans «est enterrée là». Elle précise aussi que «c'est une amie de Perpignan qui a contacté l'avocate» Marie Grimaud, qui avait demandé un peu plus tôt à la cour d'examiner son témoignage.

Procès de l'affaire Fiona

Furieuse d'avoir été ainsi manipulée, Me Grimaud, qui représente l'association «Innocence en danger», s'est exclamée: «Vous avez fait perdre à une cour d'assises plusieurs heures. Vous entravez la justice et vous faites perdre du temps!» À ces mots, la médium s'est effondrée à la barre, semble-t-il victime d'un malaise. Elle a ensuite été évacuée sur un fauteuil roulant.

Fiona: troisième jour du procès

L'avocat général a indiqué qu'il verrait avec le parquet général des suites à donner à ce couac. (20 minutes/afp)

Ton opinion