Etats-Unis: Une mère se sacrifie pour son bébé pas encore né
Actualisé

Etats-UnisUne mère se sacrifie pour son bébé pas encore né

Victime d'une grave complication pendant l'accouchement, Karisa a choisi de subir une césarienne pour sauver son fils au péril de sa propre vie. Elle n'a pas survécu.

par
joc

Le nom de Karisa Bugal fait le tour des médias aux Etats-Unis depuis que cette jeune femme a sacrifié sa vie pour donner une chance au bébé qu'elle portait dans son ventre. Le 3 novembre, alors que l'Américaine de 34 ans est sur le point d'accoucher, les médecins de l'hôpital d'Aurora (Colorado) découvrent que le liquide amniotique du bébé s'est répandu dans le sang de sa maman. Une complication gravissime et très rare, appelée embolie amniotique, qui met en jeu le pronostic vital maternel et foetal.

«Au fond de moi, je savais que ce n'était pas bon mais je voulais garder la foi», raconte Wes Bugal, le mari de Karisa, à NBC. C'est là que la jeune femme, déjà mère d'un enfant, se retrouve face à un terrible dilemme: tenter une opération qui lui sauverait la vie mais qui mettrait en danger celle de son bébé, ou subir une césarienne qui permettrait à son fils de voir le jour mais qui risquerait de la tuer. Voyant que le rythme cardiaque de son enfant commence à chuter, l'Américaine n'hésite pas et choisit la seconde option.

«Un miracle de 3,2 kilos»

«C'est la dernière fois que je l'ai vue», confie Wes. En effet, Karisa ne survit pas à l'intervention, mais Declan vient au monde. Il est considéré par le personnel médical comme «un miracle de 3,2 kilos». «Personne ne s'attendait à ce que cela se passe comme ça. Quand une césarienne est programmée, c'est censé être un jour très heureux», déplore Maren Oates, la soeur de Karisa.

Wes, désemparé, ne sait pas encore comment il pourra continuer à avancer avec un petit enfant, un nouveau-né, mais sans compagne. «Comment vais-je expliquer à Declan que sa maman est morte en lui donnant naissance? J'y pense tout le temps. Qu'est-ce que je vais lui dire quand il me demandera où est sa maman?», s'interroge le père de famille, immensément fier de sa défunte épouse. Un proche de la famille Bugal a lancé une collecte de fonds pour soutenir Wes et ses deux petits.

Ton opinion