Genève: Une mine de logements aux Vernets
Actualisé

GenèveUne mine de logements aux Vernets

Pour construire 1500 appartements sur le site de la caserne militaire, l'Etat lance un original appel d'offres aux investisseurs.

par
Henri Della Casa
Près de 80% de la parcelle (en rouge) de la caserne sera dédiée à l'habitat.

Près de 80% de la parcelle (en rouge) de la caserne sera dédiée à l'habitat.

Le projet Praille-Acacias-Vernets redessinera Genève. Au bord de l'Arve, quand l'armée aura quitté la caserne vers 2018 pour migrer en campagne, 1500 habitations verront le jour, dont 300 destinées à des étudiants. Les deux tiers seront bon marché. «La crise du logement imposait de se donner de grands moyens», affirmait jeudi le conseiller d'Etat François Longchamp, à la tête du Département de l'urbanisme.

Trois à six investisseurs vont donc être présélectionnés par un jury, sur la base de critères serrés. Puis, un concours d'architecture sera lancé en juillet. Nouveauté, les financiers auront un mot à dire lors de cette phase urbanistique.

Courant 2014 enfin, la meilleure offre permettant de réaliser le projet architectural retenu sera primée. Cette démarche a déjà porté ses fruits outre-Sarine, remarquait l'architecte cantonal Francesco Della Casa. Associée à la démarche, la Ville de Genève, par la voix du maire Rémy Pagani, s'est dite enthousiasmée.

Qui pour assumer un projet si coûteux?

L'opération de construction du site des Vernets est estimée à plus de 650 millions de francs. Un coût à l'entière charge de l'investisseur choisi, lequel obtiendra un droit de superficie de 50 à 60 ans, en fonction de la nature des surfaces.

Au vu de l'énormité des coûts, seul un groupement de plusieurs investisseurs paraît envisageable, selon les experts. Des fonds étrangers ne sont pas exclus, et un consortium public-privé est aussi envisagé.

Ton opinion