Bâle/Soleure: Une mini-station ne peut ouvrir qu'à moitié à cause du Covid
Publié

Bâle/SoleureUne mini-station ne peut ouvrir qu'à moitié à cause du Covid

En raison de la diversité des règles sanitaires cantonales, la petite station de Langenbruck, dans le canton de Bâle-Campagne, ne peut pas exploiter son téléski le plus élevé car il est situé sur le canton de Soleure, où le ski est interdit. C’est pourtant là qu’il y a le plus de neige.

par
Oliver Braams/gma
1 / 3
Seule l’installation du bas du domaine peut être ouverte.

Seule l’installation du bas du domaine peut être ouverte.

Baselland Tourismus
Seule l’installation du bas du domaine peut être ouverte.

Seule l’installation du bas du domaine peut être ouverte.

Baselland Tourismus
Le ski-lift du haut doit rester fermer.

Le ski-lift du haut doit rester fermer.

Baselland Tourismus

Grâce à la neige qui vient de tomber, la petite station de ski de Langenbruck, à Bâle-Campagne, a enfin pu ouvrir vendredi. Mais qu’à moitié. En effet, elle n'est autorisée à exploiter que la plus basse de ses deux remontées mécaniques. Car la seconde se trouve sur le territoire de Soleure, qui a interdit la pratique du ski. Mais c’est bien sûr au sommet du domaine qu’il y a le plus de neige.

«On ne peut que s’incliner», tempête Peter Hammer, exploitant des deux installations. Les autorités soleuroises ont pris cette décision pour ne pas surcharger les hôpitaux. Mais «nous avons des pistes très larges et pas trop raides, les accidents y sont extrêmement rares», argumente-t-il . Et de poursuivre: «Nous sommes un domaine skiable accessible depuis Bâle-Campagne et 90 % de nos hôtes viennent de ce canton».

Pas d’exception

Interrogées par la SRF, les autorités du canton de Soleure disent comprendre la situation difficile de l’exploitant mais ne veulent pas accorder d’exception dans un souci d’égalité avec les autres remontées mécaniques du canton.

Toutes proportions gardées, cette situation rappelle celle de la station franco-valaisanne des Portes-du-Soleil contrainte de laisser une partie de son domaine skiable fermé car il est situé en France, là où les remontées mécaniques doivent rester à l’arrêt en raison de la crise du Covid-19.

Faute de resto, un domaine se met sur pause

Le domaine skiable de l'Engstligenalp, au dessus d’Adelboden, a décidé, «le coeur lourd», d’interrompre sa saison d'hiver du 4 au 22 janvier en raison de la fermeture des restaurants. «Nous réalisons plus de la moitié de notre chiffre d'affaires avec la gastronomie», explique Dominik Honegger, directeur général des remontées mécaniques, pour justifier cette décision. Les igloos à fondue y sont particulièrement populaires, une activité difficilement compatible avec la vente à l’emporter, seule autorisée.

Ton opinion

162 commentaires