Actualisé 07.04.2013 à 18:59

«Offshore Leaks»Une minorité d'avocats suisses seraient concernés

Le président de la Fédération suisse des avocats (FSA) Beat von Rechenberg estime que 200 avocats au maximum en Suisse sont concernés par l'affaire dite «Offshore Leaks».

Sur les 9000 membres de la FSA, quelque 2% d'entre eux seraient concernés par l'affaire, selon son président. Sur ce nombre, de 30 à 40 seraient Genevois.

Sur les 9000 membres de la FSA, quelque 2% d'entre eux seraient concernés par l'affaire, selon son président. Sur ce nombre, de 30 à 40 seraient Genevois.

Beat von Rechenberg a confirmé à l'ats une information en ce sens parue dans la presse dominicale. Le président de la FSA ne peut exclure qu'un avocat puisse être arrêté à la frontière ibérique s'il a monté des structures offshore pour, par exemple, des dizaines de clients espagnols.

Selon lui, une minorité des cas de soustractions d'impôts révélées se sont faites au détriment du fisc helvétique. Dans le cas d'une aide de la part d'un avocat suisse, se pose surtout la question si celui-ci travaille avec soin et diligence, comme l'exigent les règles professionnelles. La sanction la plus sévère serait une interdiction d'exercer le métier.

Beat von Rechenberg souligne cependant que dans les révélations actuelles, toutes les sociétés offshore sont tout d'un coup suspectées. Or il s'agit de mises en forme contractuelles tout à fait légitimes, notamment pour régler des successions familiales. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!