Actualisé 20.01.2016 à 18:53

Annemasse (F)

Une nouvelle mosquée «contre la radicalisation»

La probable construction à Annemasse (F) d'un lieu de culte adapté à leurs besoins réjouit musulmans de France voisine et de Genève.

de
Julien Culet
Située dans une villa, l'actuelle mosquée d'Ambilly (F) est trop petite.

Située dans une villa, l'actuelle mosquée d'Ambilly (F) est trop petite.

photo: Kein Anbieter/Lucien Fortunati/TG

Une grande mosquée devrait bientôt sortir de terre aux portes de Genève. La mairie d'Annemasse (F) discute avec la communauté musulmane à propos de la vente d'un terrain de 7500m2 dans le quartier du Brouaz, délaissé depuis la destruction d'abattoirs. «Nous préférons avoir une mosquée dirigée par des gens que nous connaissons plutôt qu'un lieu dans lequel nous ne savons pas ce qui s'y passe», explique le responsable de l'urbanisme Michel Boucher, confirmant une information du «Dauphiné Libéré». Dans le contexte actuel, l'élu socialiste y voit «une manière de lutter contre la radicalisation». Le projet doit être soumis en février au Conseil municipal et pourra être sujet à recours.

Le Centre culturel des musulmans d'Annemasse sort de plusieurs années de lutte infructueuse avec un maraîcher. Ce dernier refusait de vendre ses terres comme lui demandait la Municipalité. «Nous espérons maintenant une issue positive rapidement, indique le président de l'association Hamid Zeddoug. Nous avons besoin de place pour au moins 800 à 1000 fidèles.» Aujourd'hui, 450 d'entre eux doivent se serrer dans une villa d'Ambilly, prévue à l'origine pour environ 200 pratiquants. Ils se retrouvent parfois à prier dehors.

Cette future construction serait aussi «un soulagement pour la mosquée de Genève car une partie des fidèles viennent d'Annemasse, selon Hafid Ouardiri, directeur de la Fondation pour l'entre-connaissance. Lors des grandes fêtes, elle ne peut plus accueillir tout le monde.» Il estime également qu'il est «important d'avoir des lieux de cultes et des enseignements adaptés à chacun des pays, dont l'histoire et la société sont différents».

Des fonds indépendants

A Genève, la mosquée est en partie financée par l'Arabie Saoudite et l'un des imams y a été formé. Un lien qui a fait polémique l'été passé. Le Centre culturel des musulmans d'Annemasse préfère lui mettre à contribution ses fidèles via une collecte. Il tient en effet à avoir un contrôle total sur le futur lieu de culte. «Un pays étranger exigera toujours quelque chose en retour, estime son président. Nous préférons avoir notre propre imam, qui pratique un islam français et républicain, plutôt qu'un Saoudien ou un Marocain par exemple.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!