France: Une nouvelle «petite phrase» de Macron déclenche une tempête
Publié

FranceUne nouvelle «petite phrase» de Macron déclenche une tempête

Agacé par les critiques incessantes concernant sa gestion de la crise sanitaire, le président français a estimé que le pays était devenu «une nation de 66 millions de procureurs». Scandale.

Franc parler ou mépris de la population? Le président français, Emmanuel Macron, suscite régulièrement la polémique en utilisant des mots durs et des petites phrases appelées «macronades». On se souvient notamment de son fameux face-à-face en septembre 2018 avec un jeune chômeur, à qui il avait lancé: «Je traverse la rue et je vous trouve un travail.»

La même année, le président français avait suscité un autre tollé en évoquant les «Gaulois réfractaires au changement». En 2017, Macron faisait déjà bondir l’opposition en déclarant: «Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien», et «il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller» chercher du travail.

Les «macronades» sont devenues si nombreuses qu’une carte de la France les compilant circule sur les réseaux sociaux.

Le chef de l’État a provoqué un nouveau scandale jeudi. Lors d’un déplacement dans l’Essonne, il n’a pas caché son agacement face aux critiques constantes dont son gouvernement est la cible en cette période de pandémie. Emmanuel Macron a dénoncé «cette espèce de traque incessante de l’erreur». «Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs. C’est pas comme ça qu’on fait face aux crises et qu’on avance», a déclaré le président français.

Les réactions de l’opposition n’ont pas tardé à fuser sur les réseaux sociaux. Marine Le Pen, par exemple, a salué à sa manière la constance de son adversaire, tout en lui conseillant plus tard de relire «l’article 15 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789».

Adrien Quatannens, député de La France Insoumise s’est, lui, emporté contre «le monarque»: «Après «ceux qui ne sont rien» et les «Gaulois réfractaires», voici les «66 millions de procureurs»! Macron, pour qui il manquait «un roi à la France, a vraiment un grave problème avec la démocratie.»

Le député Les Républicains Éric Ciotti a estimé pour sa part qu’Emmanuel Macron avait «un problème avec le peuple». «La critique de son action par les Français n’est pas celle de procureurs mais de citoyens éclairés et libres! Accepter la critique populaire c’est aussi cela l’esprit républicain», a-t-il estimé.

Les propos du président français n’ont pas fait réagir que la classe politique. L’humoriste Mathieu Madénian s’est notamment fendu d’un «petit rappel» à Emmanuel Macron.

Sur BFM TV, la nouvelle porte-parole de La République en marche a assuré qu’«en aucun cas le président a blâmé les Français». «Au contraire, il leur a lancé un appel: un appel à continuer à avancer ensemble, un appel à continuer à prendre des risques, à expérimenter des choses (…). Bien sûr qu’on a le droit de critiquer!» a ajouté Maud Bregeon.

(joc)

Ton opinion