Ecoliers fribourgeois du primaire: Une ONG met la pression
Actualisé

Ecoliers fribourgeois du primaireUne ONG met la pression

Une association a réussi à gagner 4500 fr en mettant à contribution l'esprit de solidarité d'enfants.

par
gco

Le mois passé, l'ONG Omoana a démarché tous les écoliers des classes de la 2e enfantine à la 5e primaire de Châtel-Saint-Denis. Après leur avoir montré, durant leurs heures de cours, des images d'enfants défavorisés en Ouganda, l'association leur a expliqué qu'ils pouvaient les aider en vendant quelques cartes postales à 3 fr. pièce. Emus, peu d'enfants ont refusé. Certains parents s'en sont offusqués, les enfants refusant de participer à ce geste de solidarité pouvant être mal vus de leurs camarades.

«Cette opération a eu l'aval du Conseil communal. Le libre choix a été laissé», se défend Florence Savary, présidente d'Omoana. «Grâce à cette­ opération, on devrait récolter 4500 fr. C'est une somme importante pour notre association», note-t-elle.

«Nous souscrivons à une démarche caritative tant qu'elle a une valeur éducative. Les élèves ne sont pas des auxiliaires de vente et leur statut d'écolier doit être respecté», explique Léon Gurtner, chef du Service de l'enseignement obligatoire. «Il ne faudrait toutefois pas que le nombre d'appels aux dons de ce type dépassent les trois par an» précise-t-il.

Ton opinion