Une parapentiste envoyée par un orage à 10.000 mètres

Actualisé

Une parapentiste envoyée par un orage à 10.000 mètres

Cette Allemande qui effectuait un vol d'entraînement dans l'est de l'Australie s'est soudain retrouvée à une altitude de 9.950 mètres, soit nettement plus haut que le Mont Everest.

Ewa Wisnierska, 35 ans, a survécu au manque d'oxygène, au froid et aux fortes turbulences qui caractérisent les altitudes extrêmes.

Victorieuse de la Coupe du monde de parapente en 2005, la jeune femme se préparait mercredi pour les championnats du monde de la semaine prochaine près de Manilla, en Nouvelle-Galles du Sud, quand elle a été prise dans cette perturbation, a expliqué Godfrey Wenness, l'organisateur de la compétition.

Un parapentiste chinois qui se trouvait dans le même secteur n'a pas eu sa chance. He Zhongpin, 42 ans, a vraisemblablement succombé au manque d'oxygène et au froid glacial. Son corps a été retrouvé jeudi à 75km de son point de départ. Une autopsie devait être pratiquée lundi, selon la police australienne.

Les autorités et l'équipe au sol d'Ewa Wisnierska ont pu suivre le parcours ascensionnel de la championne grâce à son équipement GPS et à sa radio, a raconté Wenness.

La parapentiste est ainsi passée de 760m à 9.950m en l'espace d'une quinzaine de minutes, ce qui lui a valu de perdre connaissance et de rester inconsciente une demi-heure, accrochée à une aile en perdition.

Ewa Wisnierska est revenue à elle à environ 500m du sol et a pu se poser sans encombres. Son visage portait quelques traces de gelures et sa combinaison était recouverte de glace. Elle n'a pourtant passé qu'une heure en observation à l'hôpital, suite à quoi elle s'est déclarée prête à participer aux championnats du monde, qui débutent le 24 février.

La sportive allemande a expliqué vendredi qu'elle avait tenté de contourner la zone orageuse, mais en vain. Une fois à l'intérieur de la perturbation, elle avait essayé de résister à la puissance des courants, sans parvenir à stopper son ascension.

Entourée d'éclairs, elle estimait ses chances de survie à «presque zéro». Arrivée à 4.000m d'altitude, elle était entrée en contact radio avec son équipe. «Je leur ai dit: 'je ne peux rien faire'», a-t-elle raconté à la presse. «Il pleut, il grêle et je continue à grimper; je suis perdue!»

Après avoir repris connaissance, elle se souvient avoir «vu la Terre se rapprocher, comme Apollo 13...»

Godfrey Wenness a salué l'incroyable exploit de la championne et a avoué rester encore incrédule. «Ses chances de survie était égales à celles qu'elle avait de gagner dix fois de suite le gros lot du Loto», a-t-il commenté. (ap)

Ton opinion