Suisse: Une partie de l'aide sociale finit à l'étranger
Actualisé

SuisseUne partie de l'aide sociale finit à l'étranger

Des étrangers à l'aide sociale envoient de l'argent vers leur pays. Les sommes en jeu pourraient se monter à des milliards de francs.

Keystone/Archives/Photo d'illustration

D'après des informations publiées dans la presse, 17 milliards de francs sont transférés chaque année par des migrants vers leurs pays d'origine. Le conseiller aux Etats Pirmin Bischof (PDC/TI) et le conseiller national Lorenzo Quadri (Lega/TI) veulent en savoir plus, ils exigent des informations sur les montants issus de l'aide sociale.

Impossible de rédiger le rapport souhaité par le léguiste, répond jeudi le gouvernement. Les chiffres varient selon les estimations. Les modèles de calcul utilisés par la Banque nationale suisse (BNS), la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international (FMI) excluent en outre les étrangers qui ne sont pas enregistrés comme travailleurs ou sont à l'aide sociale.

Aucun chiffre exact

La BNS a chiffré les transferts de fonds privés vers l'étranger à 24,4 milliards de francs en 2015, mais cela n'inclut pas les transferts de fonds des migrants vers leur pays d'origine. La banque nationale a estimé ces derniers à 7 milliards environ, elle s'est toutefois fondée sur le nombre de migrants qui travaillent en Suisse et la part supposée de leur salaire transféré. L'estimation de la Banque mondiale sur le même sujet se situe autour de 8,6 milliards.

Il n'existe aucune base légale, aucun système, ni aucun service qui permette aux institutions financières de recenser et d'analyser systématiquement les montants, l'origine des fonds, la nationalité des personnes les transférant ou le pays de destination.

Contrôles aux frontières

En plus d'une loi, il faudrait obliger les établissements de paiement à recenser et communiquer les mouvements, créer un bureau de communication et renforcer les contrôles douaniers pour recenser l'argent liquide franchissant les frontières. Pour le gouvernement, cela poserait de nombreuses questions juridiques et serait disproportionné.

L'octroi de l'aide sociale relève en outre pour l'essentiel des cantons. Il leur incombe dès lors de lutter contre les abus. Le Conseil fédéral estime néanmoins crucial que les contributions de l'aide sociale soient uniquement calculées sur la base des besoins en Suisse. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion