Suisse: Une personne sur quatre espionne ses voisins
Actualisé

SuisseUne personne sur quatre espionne ses voisins

Selon une étude, 22% des Suisses regardent ce que font les personnes qui vivent à côté de chez eux. Cette manière de faire est surtout répandue chez les jeunes.

par
Isabel Strassheim/ofu
1 / 4
Selon une récente enquête de comparis.ch, 22% des Suisses avouent espionner leurs voisins. (21 juillet 2016)

Selon une récente enquête de comparis.ch, 22% des Suisses avouent espionner leurs voisins. (21 juillet 2016)

Venturelli/WireImage
Là où les Suisses ont particulièrement l'impression d'être observés (70 %), c'est lorsqu'ils sont sur leur balcon, leur terrasse ou dans leur jardin.

Là où les Suisses ont particulièrement l'impression d'être observés (70 %), c'est lorsqu'ils sont sur leur balcon, leur terrasse ou dans leur jardin.

Le moyen de prédilection des voisins curieux pour observer ceux qui habitent en face ou à côté est le judas de la porte (49 %).

Le moyen de prédilection des voisins curieux pour observer ceux qui habitent en face ou à côté est le judas de la porte (49 %).

Igor Terekhov

Qui n'a jamais été confronté à une telle situation? On se prélasse sur le balcon ou on tond le gazon lorsque soudainement on a l'impression d'être observé. En levant la tête, on aperçoit alors son voisin caché derrière la fenêtre en train de nous regarder.

Selon une récente enquête de comparis.ch (lire encadré), 22% des Suisses avouent espionner leurs voisins. Et contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce ne sont pas les personnes âgées (15%) qui épient le plus souvent, mais les jeunes âgés de 15 à 29 ans (26%).

Le judas très prisé pour observer

«Ce résultat nous a surpris. Les jeunes semblent s'être habitués à observer les autres, peut-être à cause de la culture du selfie», explique à «20 Minuten» la porte-parole du site de comparatifs, Nina Spielhofer.

Parmi les moyens de prédilection pour observer ses voisins, le judas arrive en tête du classement avec 49%. Les jumelles (13%) arrivent en deuxième position, suivies de la caméra (10%). «Nous pensions que les jumelles étaient démodées. Nous avons été d'autant plus surpris que le téléphone portable et sa fonction vidéo n'arrivent qu'en troisième position», affirme Nina Spielhofer.

Autre point intéressant: les Suisses semblent être nombreux à se sentir observés. Si l'on se concentre sur les régions linguistiques, ce sont les Tessinois qui se sentent le plus fréquemment espionnés (53%). Les habitants du canton italophone devancent ainsi les Romands (45%) et les Suisses alémaniques, qui obtiennent un taux significativement plus bas. La moyenne suisse, elle, se situe à 40%.

Parler avec son voisin

Si les jeunes sont ceux qui observent le plus, ce sont aussi eux qui se sentent le plus espionnés. Ainsi, 48% des 15 à 29 ans ont régulièrement l'impression que quelqu'un les regarde contre seulement 26% pour les 60 à 74 ans.

Contacté, Walter Angst, de la section zurichoise de l'Asloca, pense que parfois une personne peut avoir une bonne raison pour regarder ce qui se passe chez son voisin. «Ça peut être légitime de regarder par la fenêtre si les personnes habitant à côté se disputent et que cette dispute dégénère.»

L'Asloca donne le conseil suivant: «Si une personne se sent espionnée, elle devrait directement aller en parler à ses voisins», explique le porte-parole Pierre Zwahlen.

Quelques informations sur le sondage

L'enquête a été réalisée pour le compte de comparis.ch par l'institut de sondage Innofact AG auprès de 1031 personnes de toutes les régions de Suisse et elle est représentative de la population suisse.

Ton opinion