Prof décapité en France: Une petite annonce pour remplacer Samuel Paty
Publié

Prof décapité en FranceUne petite annonce pour remplacer Samuel Paty

L’académie de Versailles a publié dimanche une annonce pour recruter un professeur d’histoire-géographie au collège de Conflans-Sainte-Honorine. Les réactions ne se sont pas fait attendre.

Devant le collège où enseignait Samuel Paty, quelques jours après son assassinat le 16 octobre 2020.

Devant le collège où enseignait Samuel Paty, quelques jours après son assassinat le 16 octobre 2020.

AFP

Le quotidien régional français «Ouest-France» nous apprend que l’académie de Versailles a publié ce dimanche matin une petite annonce sur le site de Pôle Emploi en vue de recruter un/e professeur/e d’histoire-géographie pour enseigner au collège du Bois d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine. L’annonce mentionnait «un contrat à durée déterminée de dix mois pour dix-huit heures de cours hebdomadaires, salaire mensuel de 1900€ à 2300€ sur douze mois. Débutant accepté.»

Le recrutement de professeurs par petite annonce étant en soi un procédé courant, cette publication peut à première vue paraître relativement banale. Il n’en est toutefois rien. C’est en effet dans ce collège de l’ouest de Paris et à ce poste que travaillait Samuel Paty, le professeur décapité le 16 octobre dernier par un réfugié russe d’origine tchétchène, âgé de 18 ans.

Le professeur d’histoire-géographie avait montré des caricatures de Mahomet, publiées par «Charlie Hebdo», lors d’un cours sur la liberté d’expression, le 6 octobre. Une violente campagne sur les réseaux sociaux, qualifiant le professeur de «voyou» et de «malade», avait incité l’homme de 18 ans à passer à l’acte.

«Plus que choquant, inacceptable»

Le secrétaire général du SNES-FSU, le principal syndicat enseignant du secondaire, s’est dit très étonné par la publication de cette petite annonce: «Normalement, quand un enseignant est absent pour cause de maladie ou d’accident, on fait appel à un titulaire sur zone de remplacement. Que l’académie n’en ait pas trouvé paraît bizarre: on n’est qu’en décembre!»

Ce qui est encore plus inhabituel, c’est la manière dont l’annonce en question est libellée. En effet, normalement, l’académie qui recrute ne précise jamais pour quel poste précis ni dans quel établissement, a souligné le secrétaire général.

«C’est plus que choquant, c’est inacceptable, a pour sa part réagi le secrétaire général du SNES pour l’académie de Versailles. Depuis le début, on a demandé qu’une attention particulière soit portée à cet établissement. Que les remplaçants, quelle que soit la matière d’ailleurs, soient des titulaires formés et volontaires, et pas des contractuels. Ce collège a besoin de sérénité. Ce n’est pas ce type de petite annonce qui va l’apporter.»

À la suite des révélations du quotidien régional et des protestations du SNES auprès du rectorat de Versailles, la petite annonce a été retirée à la mi-journée.

(20min)

Ton opinion