Suissesse canonisée: Une petite commune argovienne devient lieu de pélérinage
Actualisé

Suissesse canoniséeUne petite commune argovienne devient lieu de pélérinage

Dimanche, le Pape Benoît XVI élevera au rang des saints Maria Bernarda Bütler, née en 1848 à Auw (AG).

C'est la première Suissesse qui obtient ce titre. Son village attire déjà de nombreux pélerins. Le 19 octobre, une relique de la soeur y sera déposée dans l'église.

Depuis l'annonce de la canonisation de Maria Bernarda Bütler en mars dernier, le nombre de visiteurs a nettement augmenté dans l'église, raconte le curé Alphons Brunner. Auw est un petit village de 1600 habitants, dont 75 % de catholiques, situé dans le Freiamt argovien.

Une douzaine de familles portent le nom de Bütler. Les habitants du village, qui attire de plus en plus de personnes travaillant à Zoug, Zurich et Lucerne, ne sont pas plus pieux qu'ailleurs, selon le prêtre. Maria Bernarda Bütler a aussi été une petite fille normale, relève le prêtre.

La future sainte était très liée à la nature, mais avait des difficultés à l'école, selon le curé. Elle a découvert très tôt «des valeurs intérieures» et a laissé grandir en elle au contact de la nature le souhait d'entrer dans un cloître.

Mère supérieure à 22 ans

A quelque mètres de l'église baroque, on trouve encore la maison dans laquelle Maria Bernarda - baptisée au nom de Verena Bütler - est venue au monde le 28 mai 1848. Elle était la quatrième de huit enfants.

A 19 ans, elle entra au couvent capucin Maria Hilf d'Altstätten (SG), où elle reçut le prénom de Maria Bernarda. En 1880 à l'âge de 22 ans, elle devint déjà mère supérieure de ce couvent. Mais elle n'y resta pas longtemps.

En 1888, l'Argovienne émigra en compagnie de six autres soeurs en Equateur. Les sept religieuses y travaillèrent dans des hôpitaux et des écoles avant de fuir vers Carthagène (Colombie). Dès 1895, les catholiques furent en effet poursuivis en Equateur.

Morte à 76 ans

En Colombie, Maria Bernarda fonda la congrégation des Missionnaires franciscaines de Marie auxiliatrice. Après 32 ans d'activité dans ce pays, elle y mourut le 19 mai 1924 à l'âge de 76 ans.

En Amérique latine, la religieuse est toujours très admirée. A Auw, sa maison accueille de nombreux pélerins de toute la Suisse. Sa petite nièce, Rosmarie Wicki-Bütler, y reçoit les curieux.

Mme Wicki-Bütler a fait de nombreuses recherches sur sa grand- tante. En 1995 lors de sa béatification, elle a même été reçue à Rome par le Pape Jean Paul II. Selon elle, Maria Bernarda était «une grande femme» et reste un modèle d'opiniâtreté.

Engagée pour les pauvres

La vénération dont la religieuse fait l'objet est visible dans l'église d'Auw. Sous son portrait, les visiteurs inscrivent de nombreuses prières et remerciements dans un petit livre disposé à cet effet.

Selon le curé Alphons Brunner, Maria Bernarda n'a jamais cessé de s'engager pour les pauvres. Il n'y a aucun doute au sujet des deux miracles reconnus par l'Eglise: selon lui, il a été prouvé scientifiquement que la future sainte a sauvé un bébé de deux semaines d'une tumeur au cerveau et a libéré une femme médecin d'une grave maladie des poumons. (ats)

Ton opinion