Affaire Luca: Une pétition demande de rouvrir le dossier
Actualisé

Affaire LucaUne pétition demande de rouvrir le dossier

Plus de 9300 signatures demandent la réouverture de l'enquête dans l'affaire Luca, du nom de cet enfant retrouvé dénudé dans la neige à Veysonnaz (VS), en 2002.

Une pétition déposée mercredi à Sion avec plus de 9300 signatures demande au Ministère public valaisan de rouvrir le dossier Luca, du nom de l'enfant retrouvé inanimé à Veysonnaz (VS) en février 2002. L'affaire avait été classée en mars 2004.

La pétition vient compléter une lettre adressée à l'Office du juge d'instruction cantonal le 4 octobre dernier par les parents de Luca qui, âgé aujourd'hui de 15 ans, conserve de graves séquelles de ce drame. A l'appui de la réouverture du dossier, les parents proposent un dessin réalisé en 2005 par le jeune frère de Luca. Selon eux, ce dessin retrace les événements du drame et implique l'intervention de tiers.

Le juge instructeur Nicolas Dubuis confirme avoir reçu la demande de réouverture du dossier. Il n'a pas encore pris de décision mais précise que trois pistes sont envisageables à l'examen de la requête.

Il peut considérer que l'élément apporté, en l'occurrence le dessin, n'est pas un fait nouveau et renoncer à une réouverture du dossier. Le juge peut aussi faire examiner l'élément par un expert avant de décider d'une éventuelle réouverture. Enfin, il peut rouvrir le dossier puis faire appel à un expert pour se prononcer sur l'élément soumis.

Avis divergents

Le drame dont Luca a été victime s'est déroulé le 7 février 2002. L'enfant, alors âgé de 7 ans, et son frère de 4 ans étaient partis se promener avec leur chien, un berger allemand de six mois.

Ne les voyant par revenir, la maman est partie à leur rencontre et a découvert son fils aîné gisant dans la neige, partiellement dévêtu et en état d'hypothermie.

Selon certains experts, l'aspect et l'orientation des lésions sur le corps de l'enfant sont compatibles avec l'intervention de pattes de chien. Un profiler et un détective privé engagés par la famille ont, eux, prétendu que le drame était le fait de tiers.

Le juge d'instruction en charge de l'affaire a conclu que c'était le berger allemand de la famille qui avait agressé l'enfant. Il a classé l'affaire en mars 2004. Suite au drame, l'enfant est resté tétraplégique et aveugle. Il réside en Italie avec sa famille. (ats)

Ton opinion