Vie nocturne à Genève: Une pétition lancée pour plus de diversité
Actualisé

Vie nocturne à GenèveUne pétition lancée pour plus de diversité

Le «Collectif pour une vie nocturne riche, vivante et diversifiée» a lancé mardi une pétition à l'attention du canton de Genève et des communes.

Le collectif de jeunes «Pour une vie nocturne riche, vivante et diversifiée» demande l'ouverture automatique des bars jusqu'à 2 heures et que ceux-ci n'aient pas le droit d'interdire l'accès aux 16-18 ans.

Ces revendications devraient être discutées jeudi au Grand Conseil lors du débat sur le projet de loi sur la restauration, le débit de boissons, l'hébergement et le divertissement, a indiqué mardi devant les médias Adrien Rufener, membre du comité exécutif. Le fait que les bars soient soumis à autorisation pour rester ouverts après minuit constitue un moyen de pression conséquent, déplore le collectif. Ce dernier critique aussi le fait que les 16-18 ans ne sont plus les bienvenus dans de nombreux bars depuis un an. Conséquence: cette tranche d'âge a de plus en plus tendance à boire dans la rue ou des parcs, plutôt que de faire l'apprentissage de la vie nocturne dans un cadre adapté.

La pétition lancée mardi demande aussi une meilleure utilisation des infrastructures existantes, comme les salles communales et les Maisons de quartiers, pour des soirées. Enfin, elle réclame une planification des lieux nocturnes dans les projets urbains. Le collectif prévoit de la déposer fin juin ou au début du mois de septembre. Le «Collectif pour une vie nocturne riche, vivante et diversifiée» a été constitué par 17 associations - estudiantines, d'élèves du post-obligatoire, de jeunesses de partis et de la société civile - en février. Il regroupe désormais 35 associations autour d'un constat: le manque d'offre nocturne adéquate pour les jeunes, a souligné Nouchka Barral, membre du comité exécutif. (ats)

Ton opinion