15.06.2020 à 07:01

Royaume-UniUne pétition pour déboulonner la statue de Ghandi le «fasciste raciste»

Une pétition demandant le retrait d’une statue de Mahatma Gandhi à Leicester a récolté plus de 6000 signatures.

de
lph
1 / 3
Une statue de Gandhi a été érigée à Leicester en 2009.

Une statue de Gandhi a été érigée à Leicester en 2009.

Geograph
Ce n’est pas la première fois qu’elle est au centre de polémiques.

Ce n’est pas la première fois qu’elle est au centre de polémiques.

Geograph
Le conseil de ville de Leicester prend la pétition très au sérieux.

Le conseil de ville de Leicester prend la pétition très au sérieux.

Geograph

«Un fasciste, un raciste et un prédateur sexuel». C’est ainsi qu’est défini le Mahatma Gandhi, dans une récente pétition. Le texte demande qu’une statue à l’effigie du guide spirituel érigée à Leicester (Angleterre) soit retirée, selon la BBC.

«Pendant des années, Gandhi a été idolâtré, notamment dans le cadre du programme scolaire», peut-on lire dans la pétition. «Pour beaucoup de gens de ma communauté, il a été source d’une souffrance inconsolable. Par conséquent, je ne souhaite pas voir une statue et des louanges de ce genre.»

À ce jour, la pétition a récolté plus de 6000 signatures. Le conseil de ville de Leicester prend l’initiative au sérieux. Aussi a-t-il demandé à son auteure, une activiste du nom Kerri Pangulier, de déposer son texte de manière officielle auprès des autorités.

Débat «absurde»

Mais la pétition a aussi suscité de nombreuses réactions négatives. Une députée travailliste de Leicester, Claudia Webbe, l’a ainsi qualifiée de «distraction massive» du mouvement «Black Lives Matter»: «Gandhi a participé à la création d’un mouvement de la même manière que Martin Luther King a créé un mouvement. Sa forme de protestation pacifique, comme «Black Lives Matter», est un symbole de changement que la personne dans la communauté noire ne veut déplacer».

Pour Faisal Devji, professeur d’histoire indienne à l'université d'Oxford, le débat sur le retrait de la statue est «absurde»: «C’est surréaliste de devoir énumérer les nombreuses choses que Gandhi a faites. C’est un homme faillible comme tous les hommes, mais le mettre dans le même panier que les propriétaires d’esclaves, c’est un peu trop».

Samedi, une vingtaine de personnes, dont des figures politiques locales, se sont réunies autour de la statue et ont formé une chaîne humaine pour la «protéger». Ils ont aussi couvert le monument de rubans et de fleurs aux couleurs de l’Inde.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!