Lucerne: Une pétition pour défendre le crucifix à l'école

Actualisé

LucerneUne pétition pour défendre le crucifix à l'école

Des politiciens lucernois du PDC, des Jeunes PDC et de l'UDC lancent une pétition pour le maintien de ce symbole dans les lieux publics.

La présence de crucifix dans les établissements scolaires échauffe les esprits ces derniers temps en Suisse.

La présence de crucifix dans les établissements scolaires échauffe les esprits ces derniers temps en Suisse.

Les défenseurs du crucifix partent en croisade. Dans le canton de Lucerne, une pétition a été lancée mercredi pour le maintien de ce symbole religieux dans les lieux publics comme les établissements scolaires.

Intitulée «Le crucifix reste» («Kruzifix bleibt»), la pétition émane de politiciens lucernois du PDC, des Jeunes PDC et de l'UDC. Elle est ainsi soutenue par les conseillers nationaux Pius Segmüller et Ruedi Lustenberger, tous deux démocrates-chrétiens, et Josef Kunz, démocrate du centre.

Le texte est une réaction aux polémiques de Triengen (LU) et de Stalden (VS). «La nouvelle revendication des soi-disant libres penseurs d'enlever les croix des sommets des montagnes justifie d'autant plus notre pétition», indique leur porte-parole Gerardo Raffa. Il ajoute: «Nous ne pouvons pas attendre les bras croisés qu'on fasse disparaître notre culture judéo-chrétienne».

Le texte exige des autorités que les crucifix puissent rester sur les murs des écoles et des bâtiments publics, car «la croix est un symbole important de notre propre histoire, identité, culture et tradition».

Polémiques en Suisse

La présence de crucifix dans les établissements scolaires échauffe les esprits ces derniers temps en Suisse. A Stalden (VS), un enseignement qui dépendait les croix des murs a été licencié.

A Triengen (LU), les crucifix ont été remplacés par des croix dans les classes après les réclamations d'un père de famille. Cet allemand libre penseur voulait aller jusqu'au Tribunal fédéral pour faire disparaître complètement tout signe religieux. Il a reçu des menaces de mort et a annoncé vouloir quitter la Suisse. (ats)

Ton opinion