Actualisé 04.02.2009 à 21:39

Vol de tableaux à Zurich

Une piste grâce à des traces d'ADN

Près d'une année après le spectaculaire vol de tableaux au musée de la Collection Bührle à Zurich, le ministère public zurichois est sur une piste.

Des traces d'ADN pointent du doigt des voleurs qui ont déjà commis plusieurs forfaits avec des voitures-béliers.

Le procureur en charge de l'affaire a confirmé mercredi soir à l'ATS une information de l'émission «10 vor 10» de la télévision alémanique SF1. Il n'a pas voulu donner davantage d'informations pour ne pas compromettre l'enquête. Il ne peut y avoir de certitude tant que les auteurs n'ont pas été démasqués, car les traces d'ADN pourraient aussi provenir de personnes non impliquées dans le vol.

Le vol de tableaux à la Collection E. G. Bührle avait été perpétré le 10 février 2008. Trois hommes masqués et armés avaient dérobé quatre peintures à l'huile de grande valeur.

Deux toiles retrouvées

Huit jours plus tard, un homme retrouvait deux tableaux, le «Champ de coquelicots près de Vétheuil» de Claude Monet et des «Branches de marronier en fleurs» de Vincent van Gogh, sur le siège arrière d'une voiture parquée devant la clinique universitaire du Burghölzli. La valeur de ses deux oeuvres est estimée à 70 millions de francs.

Le tableau de Paul Cézanne «Le garçon au gilet rouge» et celui d'Edgar Degas «Ludovic Lepic et ses filles» manquent toujours. Leur valeur est évaluée à 100, respectivement 10 millions de francs.

Les voleurs qui utilisent des voitures-béliers s'en prennent généralement à des bijouteries dont ils défoncent la porte ou une vitrine avec un véhicule. Ils pillent le magasin et s'enfuient ensuite avec une autre voiture. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!