Actualisé 12.04.2017 à 13:49

Explosions à DortmundUne piste islamiste ou antifasciste à Dortmund?

La police allemande examinait mercredi une éventuelle piste islamiste, dans l'attaque à l'explosif contre le bus des joueurs de Dortmund, avant un match de Ligue des champions.

1 / 50
Lors du procès de l'auteur présumé de l'attaque, Marc Bartra a déclaré n'avoir «pas digéré l'attentat et continue à en souffrir». (Lundi 29 janvier 2018)

Lors du procès de l'auteur présumé de l'attaque, Marc Bartra a déclaré n'avoir «pas digéré l'attentat et continue à en souffrir». (Lundi 29 janvier 2018)

AFP
L'accusé au procès, Sergueï Wenergold, se voit reprocher d'avoir fait exploser trois bombes le 11 avril 2017 au passage du bus de l'équipe de Dortmund. (Lundi 29 janvier 2018)

L'accusé au procès, Sergueï Wenergold, se voit reprocher d'avoir fait exploser trois bombes le 11 avril 2017 au passage du bus de l'équipe de Dortmund. (Lundi 29 janvier 2018)

AFP
Sergueï W. a admis les faits lundi 8 janvier 2018.

Sergueï W. a admis les faits lundi 8 janvier 2018.

AFP

Selon le journal Süddeutsche Zeitung, les chaînes WDR et NDR ainsi que l'agence DPA, la lettre de revendication retrouvée sur les lieux est écrite «au nom d'Allah, le clément le miséricordieux», et évoque la participation de l'Allemagne à la coalition contre l'EI ainsi que l'attentat sur un marché de Noël de Berlin en décembre. Le parquet fédéral, qui est compétent en matière de terrorisme, a lui annoncé, mercredi matin, avoir pris en main l'enquête sans pour autant indiquer quelle piste il privilégiait. Une conférence de presse est prévue vers 14h, à son siège à Karlsruhe (ouest).

Selon la Süddeutsche Zeitung, les enquêteurs restent très prudents quant à cette piste islamiste. «Il est possible que ceux qui ont commis l'acte ont voulu créer une fausse piste», écrit le journal. L'agence DPA évoque d'ailleurs une autre revendication circulant sur Internet et attribuant l'action à la mouvance antifasciste.

«L'équipe va donner le meilleur d'elle-même»

Trois charges avaient explosé mardi, vers 19h15, au passage du bus qui menait l'équipe de Dortmund vers le stade. Le souffle a fait voler en éclats une vitre du véhicule. Le défenseur espagnol, Marc Bartra, blessé au poignet, a dû être opéré dans la nuit. Un policier qui escortait le bus en moto a également été blessé, souffrant d'un traumatisme auditif. La police a précisé que les charges «pourraient avoir été dissimulées dans une haie».

En accord avec les deux équipes, l'UEFA a décidé de faire jouer le match dès ce mercredi, à 18h45. Mercredi, les mesures de sécurité devaient être encore renforcées en ville et aux abords du stade, bien que le niveau de vigilance soit déjà très élevé depuis les attentats de 2016 dans le pays, notamment celui du marché de Noël au camion-bélier en décembre à Berlin (12 morts, 48 blessés).

Mercredi matin, l'entraîneur de Dortmund, Thomas Tuchel, avait prévu de regrouper ses joueurs, qui ont pu rentrer chez eux pour la nuit. Malgré le soutien de son inconditionnel public, l'équipe risque toutefois d'avoir du mal à entrer dans ce match. «On peut s'imaginer comment ils ont dormi», a déclaré mercredi matin, le président du Borussia, Reinhard Rauball. «C'est évidemment une situation très difficile, que l'équipe n'a encore jamais vécue. Mais nous pensons néanmoins que l'équipe va donner le meilleur d'elle-même». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!