Lausanne: Une plaque pour rappeler le racisme d’un savant

Publié

LausanneUne plaque pour rappeler le racisme d’un savant

Après des déprédations sur deux panneaux d’une rue, la Ville a fait installer une inscription didactique.

par
Frédéric Nejad Toulami
1 / 3
La Ville de Lausanne souligne que l’héritage scientifique de Louis Agassiz «ne doit pas occulter un aspect bien plus sombre du personnage».

La Ville de Lausanne souligne que l’héritage scientifique de Louis Agassiz «ne doit pas occulter un aspect bien plus sombre du personnage».

FNT
Le panneau dérobé a été remplacé le 14 août, assorti d’une explication.

Le panneau dérobé a été remplacé le 14 août, assorti d’une explication.

FNT
Un 2e panneau didactique a été placé plus bas dans la ruelle Agassiz.

Un 2e panneau didactique a été placé plus bas dans la ruelle Agassiz.

FNT

De mémoire d’historien (lire l’encadré), cela semble être une première en Suisse. Le 14 août, la Ville a fait poser deux panneaux explicatifs dans la rue Louis-Agassiz, du nom d’un scientifique du XIXe siècle. Son «héritage ne doit pas occulter un aspect bien plus sombre du personnage», peut-on notamment lire, suivi du «rejet ferme» par les autorités de toute forme de racisme.

«On remet en contexte et on explique»

Les historiens Olivier Meuwly et Justin Favrod ne se remémorent pas un panneau semblable posé ailleurs en Suisse. «Je trouve très bien la façon d’agir des autorités à Lausanne, estime Justin Favrod. Au lieu de changer de nom, on remet dans le contexte et on explique.» «Chaque ville a sa culture des noms de rue, souvent pour commémorer, constate-t-il. Avec cette plaque didactique, on fait plutôt de l’histoire et on met ainsi en perspective, c’est plus intelligent.»

«Il y a eu le cas de Marcel Regamey à Épalinges (VD) il y a quelques années», se souvient Justin Favrod. Un chemin portait le nom de ce fondateur de la Ligue vaudoise. Mais cet homme, brillant, avait tenu des propos antisémites dans les années 1930. Décision fut prise de laisser son nom sur le panneau mais d’y supprimer le qualificatif d’humaniste.

Né à Fribourg, Agassiz était devenu une référence mondiale dans le domaine de la glaciologie et des poissons fossiles. Parti ensuite vivre aux États-Unis, il y avait soutenu des propos racistes envers les Afro-Américains.

Après avoir appris par «20minutes», qu’un panneau de la rue Agassiz avait été dérobé et un autre dégradé, la municipale Florence Germond avait divulgué que l’Exécutif de la Ville n’allait plus attendre le débat et le vote prévus, à une date inconnue, au Conseil délibérant de Lausanne pour agir. La controverse sur le passé raciste d’Agassiz amenait certains à demander de changer de nom de rue, comme cela avait été fait à Neuchâtel. Parmi les interpellateurs lausannois, la Verte Aline Genoud, désormais députée au Grand Conseil vaudois: «Cette initiative de l’Exécutif est bonne, estime-t-elle, car il devait agir après les déprédations et face aux lenteurs des débats, qu’il faudra quand même avoir.»

Ton opinion