23.09.2020 à 21:49

ItalieUne plaque tessinoise retrouvée dans une cachette des Brigades rouges

Le numéro de la plaque minéralogique tessinoise retrouvée par les enquêteurs italiens près de Rome appartient à une entreprise de nettoyage de Bellinzone.

von
Alberto Tikulin
La plaque a été retrouvée dans une planque du groupe italien d’extrême gauche.

La plaque a été retrouvée dans une planque du groupe italien d’extrême gauche.

Dr

La préfecture de Rome a annoncé la semaine dernière qu’elle avait découvert dans les bois, près de Poggio Catino (centre), un dépôt secret des Brigades rouges datant des années 1970. L’information est passée quasi inaperçue au Tessin, jusqu’au week-end dernier.

«On nous a contactés même depuis l’étranger en disant qu’on était sur les journaux», raconte le propriétaire d’une entreprise de nettoyage de Bellinzone. «On était sous le choc». La cause de ces nombreux coups de fil n’est pas imputable à une recrudescence de demandes de nettoyages avant l’hiver; elle est en rapport avec la découverte de la police italienne.

Enterrée dans le dépôt du groupe terroriste italien, les enquêteurs transalpins ont découvert une vieille plaque minéralogique tessinoise. Laquelle portait le numéro TI 430**. En consultant le registre des détenteurs de véhicules, il n’a pas été difficile de remonter jusqu’au propriétaire actuel, qui se défend. «Nous n’avons rien à voir avec les terroriste, a assuré à tio.ch/20minuti.ch le propriétaire de la société, qui a demandé à ne pas être cité. L’homme se dit «surpris et tranquille, même s’il ne s’agit pas d’une belle publicité».

Il explique avoir reçu la plaque directement du Service des autos il y a quelques années pour immatriculer un véhicule d’entreprise. «Tout s’est déroulé de manière réglementaire. Nous contacterons le bureau pour savoir ce qu’on peut faire maintenant.»

La plaque en question avait été volée au début des années 1970. Elle a ensuite été mise en circulation vers le milieu des années 1980. «Ce cas particulier est rare. Je ne me souviens pas d’un cas analogue», a expliqué le chef de service Aldo Barboni.

En 2019, le Tessin a compté 795 cas de perte ou de vol de plaques. Tout cela est inséré dans une base de données, qui est aussi disponible pour les polices étrangères. Le numéro est ensuite remis en circulation, après un délai de prescription qui va de 7 à 15 ans. «Elle est réservée pour l’ancien détenteur et n’est pas assignée ni vendue à d’autres», a expliqué Aldo Barboni.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!