Agressions à Cologne: Une playmate suisse dénonce le machisme

Actualisé

Agressions à CologneUne playmate suisse dénonce le machisme

Andrea Vetsch raconte sur Facebook qu'elle a également été victime de harcèlement.

par
Pascal Schmuck/nxp
Le jeune modèle zurichoise Andrea Vetsch raconte son expérience d'agression dans un message sur Facebook.

Le jeune modèle zurichoise Andrea Vetsch raconte son expérience d'agression dans un message sur Facebook.

photo: Kein Anbieter/Facebook @Andrea Vetsch

Les agressions de Cologne ont rappelé de mauvais souvenirs à Andrea Vetsch. La jeune femme est connue en Suisse alémanique pour avoir fait la couverture de l'édition allemande de Playboy mais c'est son dernier message sur son compte Facebook qui la met sous les feux de la rampe.

Elle y explique que ce genre d'agression n'a rien de nouveau et qu'elle en a fait les frais en Suisse. Si on ne réagissait pas aux pelotages, on était traitée comme une traînée voire pire, raconte-t-elle sur son compte.

«Mais à l'époque, c'était des jeunes des Balkans», souligne Andrea Vetsch. «Aujourd'hui encore, j'ai des frissons dans le dos quand je vois un groupe de jeunes de type balkanique», ajoute la jeune Zurichoise qui a eu un fils en 2013. Elle rappelle qu'il s'agissait déjà de réfugiés «avec la même toile de fond culturelle».

Contre la culture machiste

Elle condamne très clairement dans son message une «culture machiste», qui apparaît déjà à l'école et qui se répand chez les enfants d'autres cultures. «Je trouve préoccupant que des enfants européens acceptent ce genre de comportement», écrit-elle encore.

La jeune femme de 31 ans qui collabore aussi régulièrement avec la télévision alémanique craint de voir arriver en Suisse ces agressions sexuelles de masse, à l'image de ce qui s'est déjà passé dans divers pays européens.

Et refuse qu'on lui colle une étiquette. «Je ne m'excuse pas pour mes propos et ils ne signifient pas que je suis nazi ou autre chose. Ce n'est pas une mentalité mais mes expériences, ma vie, ma réalité, mes faits qui m'ont amenée à ce que je refuse une telle culture machiste.»

Ton opinion