Genève: Une pluie de contraventions fait rire jaune les postiers
Actualisé

GenèveUne pluie de contraventions fait rire jaune les postiers

Moins de places de parc, davantage de bûches sur le pare-brise des facteurs! Ceux-ci craignent pour leurs conditions de travail.

par
Valérie Duby

Scène de la vie quotidienne, vendredi dernier place du Cirque. Un facteur doit livrer un colis et il ne trouve pas de place. Il se gare en double file. Le temps de sortir son paquet, de le monter à l'étage et de redescendre, son fourgon a été collé par les employés de la Fondation des parkings. «C'est comme ça depuis deux mois, soupire le postier. A croire qu'ils nous suivent! Nous, on donne les bûches à nos responsables.»

A La Poste, on confirme que, depuis la mi-septembre, les amendes se multiplient. «Actuellement, nous en recevons une ou deux par jour», indique Nathalie Salamin, porte-parole de l'entreprise. Le géant jaune débourserait environ 2000 fr. par mois. «Ce n'est pas les montants en tant que tels qui posent problème, mais l'accomplissement même du travail de nos employés», poursuit Nathalie Salamin.

Du côté de la Fondation des parkings, on explique que, ma foi, les infractions sont sanctionnées: «Nous ne faisons pas les lois. On essaie de se protéger en cas d'accident.»

Le député libéral Alain Meylan, membre de la commission des transports, relève que les commerçants, eux aussi, ont des problèmes avec leurs livraisons: «Appliquer la loi ne devrait pas supprimer toute jugeote!» La Poste et les associations de commerçants ont pris contact avec les autorités compétentes. Affaire à suivre.

Ton opinion